Accueil Mangas Josei Don’t Call It Mystery T.1

Don’t Call It Mystery T.1

0

Nouveau titre dans le catalogue des éditions NoeveGrafx, un josei manga dès plus attendus : Don’t Call It Mystery de notre chère Yumi Tamura. Les éditions NoeveGrafx n’arrêtent pas de nous régaler avec leurs nouveautés.

Je dois vous avouer avoir été très intrigué par ce titre. Je connaissais déjà la mangaka Yumi Tamura par un de ses mangas, qui est, je ne pense pas, assez connu : 7 Seed, une petite pépite. À vrai dire, je connais 7 Seed uniquement par son animé. Et je dois vous dire que j’ai vraiment adoré l’histoire et les personnages. Je ne me suis pas tournée vers le manga, car il est tout simplement en arrêt de commercialisation… De ce fait, intrigué par son travail, je me devais de lire ce nouveau manga publié en France.

L’histoire du manga

En un mot : bluffant. Le josei manga que Yumi Tamura nous propose est un titre qui m’a énormément surpris. Tout d’abord, il est très prenant et facile à lire. On est comme happé par le scénario du manga comme les paroles prononcées par le héros. Bien entendu, nous n’avons pas encore de réel et unique intrigue au josei manga. On suit Totono, un étudiant en fac dans sa vie de tous les jours.

Pour ce premier tome, nous avons deux intrigues : la première où il se fait arrêter pour un crime qu’il n’a pas commis et où il a réussi à résoudre le mystère pendant son arrestation. Et la deuxième intrigue, n’est autre qu’une sorte de prise d’otage dans un bus. Je ne connais pas encore les enjeux ni même le but.

Pour en revenir à l’histoire, et surtout au vu de ce que la couverture affiche, je ne m’attendais pas du tout à cela. Ayant pour mot « criminelle » et « détective », je pensais tout simplement que comme dans Detective Conan, notre héros élucidait des mystères en compagnie de la police. Mais en réalité, loin de là. Certes, il va aider la police dans un sens, certes il va se retrouver lier contre son gré et donc résolver des mystères. Malgré tout, encore une fois, je ne m’attendais pas au contenu tel que nous l’avons. Et tant mieux ! L’histoire et les deux intrigues que nous avons sont vraiment entraînante. On a envie de découvrir qui est le fameux « criminelle », ce qui les motive et bien d’autres choses.

Ce premier tome n’était qu’une sorte de mise en bouche de ce qui nous attend à l’avenir sur la série. Si la mangaka continue sur cette lancée, il est évident que la série attira de plus en plus de monde. Et cela serait entièrement mérité.

Les personnages

Que cela soit dans la première comme dans la deuxième intrigue, on apprend à connaître les personnages secondaires. On se surprend même à s’attacher à eux. La mangaka nous parvint à faire en sorte que nous nous attachions à de nombreux protagonistes. En ce qui me concerne, j’apprécie en particulier Ikemoto de la police. Ce j’aime chez ce personnage secondaire, c’est sa spontanéité, le fait qu’on lise en lui comme dans un livre ouvert, mais aussi sa façon d’être tout simplement. Ikemoto est vraiment un personnage attachant tout comme bien d’autres, il n’était qu’un exemple.

La mangaka rend les personnages de son manga vivants et surtout très humain, c’est pour cela que l’on s’attache aussi rapidement à eux ! Il ne s’agit pas simplement de personnages qui font de la figuration. Bien au contraire, ils existent. Ils ont une vie, une famille et des sentiments. Mais ces personnages peuvent aussi se tromper, douter et apprendre de leur erreur. Ils se rapprochent vraiment de l’homme…

Pour ce qui est de Totono, notre héros, il me fait beaucoup penser au Sherlock Holmes de la série avec Benedict Cumberbatch dans sa façon de penser. C’est surement tiré par les cheveux, mais dès que j’ai lu le manga, cela m’a fait tilte. On peut remarquer que Totono a beau être jeune et nonchalant, il n’en reste pas moins très intelligent, instruit et observateur. Il maîtrise l’art de la conversation, des mots. Totono peut, s’il le souhaite, avec de simple mot et un raisonnement cohérent, convaincre n’importe qui. Je trouve le personnage de Totono très attachant. À chaque fois qu’il parle, c’est uniquement pour avoir les paroles intéressantes ou avec une profonde réflexion.

Les dessins

Les dessins du josei manga Don’t Call It Mystery sont vraiment sympa. Certes, ce ne sont pas les dessins sophistiqués et avec des chara-design aussi réalistes que nous pouvons retrouver dans de nombreux manga aujourd’hui. Malgré tout, j’accroche pas mal au style de la mangaka, les dessins me plaisent énormément. De plus, la mangaka nous transmet parfaitement les émotions et sentiments que les personnages et où que les scènes doivent évoquer. La patte graphique de la mangaka est fantastique. Je me répète encore une fois, mais c’est grâce à la combinaison des dessins et de la narration que l’on comprend facilement et rapidement les situations de l’histoire. Mais c’est aussi grâce à cela que les personnages sont bien plus humains et vivants.

Pour conclure, le josei manga Don’t Call It Mystery est un titre à lire. Pour ma part, c’est un coup de cœur, ce que je ne pensais pas du tout. Je suis accro à l’histoire dès les premières pages. Le personnage de Totono est également très attachants et intriguant et en plus de cela, on apprécie également les personnages secondaires. Un grand bravo à la mangaka, j’attends avec hâte la sortie du deuxième tome. Il y aurait par ailleurs beaucoup à dire sur ce titre. Je n’ai pas malheureusement pas assez de mots pour vous décrire toute l’admiration que j’ai après ma lecture de ce premier tome.

Articles précédentsThe Unwanted Undead Adventurer T.3&4
Créatrice du Moonyko. Je suis une passionnée du Japon autant par sa culture traditionnelle que par sa Pop culture. J'ai pour but de vous faire découvrir mes lectures et visionnages au travers de ce blog. Mais il n'y a pas que le Japon qui me passionne, l'infographie et le codage sont aussi au cœur de mes centres d’intérêts. Rem, Katou Megumi sont mes waifu favorites mais j'en ai plein d'autres...

Pas de commentaires

Répondre

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici

Exit mobile version