Pour 3 Jours de Bonheur, J’ai Vendu mon Âme

0
70

Pour 3 Jours de Bonheur, J’ai Vendu Mon Âme est un roman de chez Akata. Un titre plutôt intriguant comme vous en vous doutez, dotant plus que le titre s’adresse pour une fois à deux personnages et pas seulement au protagoniste principal de l’histoire.
En vérité, c’est le titre en lui même qui m’a attiré mais aussi le synopsis qui est d’autant plus intriguant. Mais il y a aussi le fait que je soutiens les éditions Akata dans leur collection de Light Novel.

L’histoire

Le récit prend donc place sur les trois derniers mois de vie restant au personnage principal du nom de Kunosuki.
Au départ, nous suivons un rythme plutôt long et détaillé. On nous explique correctement le contexte de l’histoire dans lequel on se plongera. Mais aussi on nous présente aussi le monde dans lequel vit Kunosuki et comment il vit. On apprend à le connaître et, il est se qu’on pourrait appeler un « loser ». Tout est bien mis en place dans l’histoire pour que Kunosuki nous inspire de la pitié et pour qu’il ressemble à un loser dans son personnage comme dans les situations présentés.

Du fait que la narrateur soit interne, on se retrouve logé à la même enseigne que le personnage. On ne sait rien du futur vu qu’on apprend tout en même temps que Kunosuki. Mais ce n’est pas tout, on ressent les mêmes doutes qu’il peut ressentir mais aussi toutes les émotions. La pitié qu’on éprouvait laisse place à de la compassion au fur et à mesure qu’on avance dans l’historie et qu’on apprend à connaître le héro plus en profondeur. Et, plus on avance, plus le rythme s’accélère jusqu’à arriver vers la fin du deuxième mois où le récit prend un tournant dès plus inattendu. Le narrateur ne prend plus autant de temps pour tout bien développer, accélère le rythme et de nombreuses ellipses deviennent plus présentes.

Les personnages

L’homme qui se croyait au-delà de tout…

Kunosuki est un personnage très antipathique au début du roman. Il n’est absolument pas humain. Il croit que sa vie vaut plus que celle d’un autre. Kunosuki croit aussi qu’il sera plus tard un homme important.
Son arrogance est très présente au début du livre et on remarque trois changement chez lui.
Le premier est celui du désespoir dans lequel il plonge quand on lui apprend que sa vie ne vaut au final pas grand chose. Quand il apprend cela, Kunosuki apprend aussi que c’est de sa faute, parce qu’il croit être supérieur aux autres. Mais aussi, parce qu’il n’a rien fait pour les autres, il est resté dans son coin à renier tous types d’affections et liens d’amitiés. Il lui est difficile de l’accepter, il fait alors quelques bêtises.
La deuxième phase, c’est la stagnation, Kunosuki est remonté de son état de désespoir mais n’a pas changé pour autant. Il accepte ce qui lui arrive mais il continu de faire des « bêtises » pour ensuite replonger de nouveau dans un désespoir profond quand son seul et dernier espoir et réduit à néant.
La dernière étape est celle où Kunosuki accepte tout et décide enfin d’ouvrir les yeux sur qui il est vraiment. Il devient plus humain grâce à tout ce qu’il a vécu et réfléchit au véritable bonheur.

Kunosuki nous apparaît plus mature à la fin, plus heureux, apaisé et surtout bien plus humain et à l’écoute des autres. Il devient ce qu’il aurait dû être depuis des années. Toutefois, c’est en vendant sa vie, en décidant de mourir car il ne trouvait pas sa place dans ce monde qu’au final, Kunosuki obtient une place bien plus importante dans ce vaste monde.
Kunosuki est un personnage intéressant, il n’y a pas à dire, c’est par lui qu’on se pose des questions. C’est par lui qu’on se demande si le bonheur existe vraiment et combien vaut vraiment une vie d’humaine. Mais aussi, par le biais de ses deux questions si on les assemble, on peut se demander comment peut-on obtenir le bonheur ? Par quel moyen ? Et ce roman, nous offre une petite réponse face à cela.

L’observatrice transparente…

Miyagi est une jeune fille dont le passé est assez malheureux. Arrogante elle aussi, elle ressemble au début à un robot dénué de sentiments. Tout ce qui compte pour elle, c’est d’accomplir la mission qui lui a été attribué. Pourtant, Miyagi commencera à s’ouvrir à Kunosuki à force d’être à la fois à son contacte mais aussi parce qu’il la questionne sur qui elle est.
Plus on avance dans le livre, plus on se rend compte que cette jeune fille est en réalité une fille comme les autres. Elle s’ouvre à Kunosuki et devient à son tour plus vivante et humaine. Miyagi se permet alors de rêver, d’espérer, d’aimer et de vivre comme n’importe qu’elle jeune fille.
J’ai beaucoup aimé cette protagoniste. Miyagi est douce et gentille mais aussi, attentionnée à sa manière.

Pour conclure, je vous annonce que ce Light novel est un coup de cœur. J’ai vraiment aimé ce livre, il est unique en son genre et nous offre une véritable réflexion. De plus, j’ai adoré le lire. Il avait ce petit quelque chose qui nous tenait en haleine tout le long de notre lecture. On voulait toujours en savoir plus et c’est bien cela qui m’a fait tenir tout au long de l’histoire. Mais il y a aussi le fait que les personnages sont attachants.
Bref, c’est un roman à lire, il peut correspondre à tout les âges et à toutes les personnes. Le titre entre parfaitement dans la ligne éditoriale de chez Akata et c’est une pépite à lire.

NOS NOTES ...
Couverture
Personnages
Histoire
Article précédentSemaine du shôjo 2019 : La meilleur adaptation shôjo !
Article suivantAprès La Pluie Tome 1&2
[Co-créatrice du Moonyko] Passionnée de Web et de graphisme, je dévore les livres que je lis. Otaku a temps plein non rémunéré malheureusement je vous ferai découvrir où apprécier de nouvelles lectures ou de nouveaux animés grâce à mes reviews. Katou Megumi, Mai Sakurajima & Rem the Best WAIFU.

Laisser un commentaire