My Teen Romantic Comedy T.1

0
26

 My Teen Romantic Comedy, light novel sorti en 2011 au Japon, possède un animé et un manga à son nom. Le light novel, paru en France le 15 mars 2018 chez Ofelbe. La parution du manga quant à lui, s’était faite chez OTOTO avec la sortie simultanée des 2 premiers tomes.
J’ai beaucoup apprécié ce premier tome. Il donne le ton que prendra la suite des événements. My Teen Romantic Comedy est bien le premier light novel de genre School Life et Slice of Life en France dans la catégorie Shônen ! Et cette lecture était un véritable régale. J’ai pu découvrir à l’intérieur tout une pensée décrite par l’auteur. Cependant, cette pensée est organisée dans chaque personnages différents afin de donner une histoire plus réaliste. Mais aussi comique et attachante.

L’histoire…

Tout d’abord, l’histoire n’est pas spécialement original. Nous assistons à la vie de lycéen banal qui ont du mal à communiquer avec les autres. Pour parfaire ce handicape, chacun tentera par ses propres moyens de se créer une technique pour contourner ce manque de communication. Toutefois, le roman possède une originalité unique: le héro méprise ce que l’on appelle la “jeunesse”. Au début du livre, nous avons une sorte de préambule pour appuyer sa thèse de « la jeunesse est un mensonge ». En revanche, tout au long du bouquin, il donne différent argument pour appuyer une fois de plus son opinion. Pourtant, à la fin, son avis évolue… Malgré tout, il reste dans la méprise de la “jeunesse”.

Ajoutons que dans la postface, nous avons même l’avis de l’auteur. J’ai pu me rendre compte que l’écrivain partage le même avis que son protagoniste principal. Mais nous traiterons en détail cela plus tard.
Nous avons donc une transposition des pensées de l’auteur à travers son héro. Cela rend son light novel réaliste et prenant étant donné que nous avons des arguments à l’appuient. Mais ce n’est pas tout, nous avons aussi beaucoup de référence dans le monde du manga. C’est bien l’un des premiers Light Novel que je connaisse qui utilise des références. Mais, ce n’est pas tout, il y a aussi des références intellectuelles avec la philosophie. J’ai été très surprise de voir une série très connu provenant des Etat-Unis !

Ce premier volume m’a vraiment fait bonne impression. L’histoire comme j’ai pu le dire est prenante mais aussi attachante. Les événements sont plutôt inattendu, voir imprévisible et certaines scènes sont ou deviennent comiques grâce aux retournements de situations. Je ne pensais pas que certains événements arriveraient et pourtant si. Je trouve l’histoire et les protagonistes assez intéressants dans le sens nous avons plusieurs adolescents différents les uns des autres. On assiste à leurs évolutions mais aussi leurs échecs, leurs peurs ou bien même leurs tourments.

Le format…

A vrai dire, ce qui m’a le plus emballé dans ma lecture c’est le fait que le light novel soit « court”. Au sens, où il ne fait pas cinq cent pages ou plus comme dans Sword Art Online de chez Ofelbe. Le fait que My Teen Romantic Comedy possède un peu plus de deux cent pages fait que j’ai pu facilement estimer la fin de la lecture. Donc de me dire : “je le lirai trop vite si je lis Xpages alors j’étale ça et j’organise ma lecture de X façon”. Mais pas seulement, ce n’est pas uniquement le nombre de pages qui jouent sur notre esprit. C’est aussi l’écriture.

Tout en finesse…

L’écriture a un rôle majeur, elle est fluide, légère. L’auteur adopte un vocabulaire parfois sarcastique. Il n’y a pas de mots compliqués. Le livre est à la portée de tous. De plus, nous ne sommes pas assommés par la lecture. Bien au contraire, le narrateur est interne. C’est le protagoniste principal qui nous narre son histoire petit à petit. Il nous fait participer en posant des questions implicites. J’entends par-là que nous avons l’impression qu’il nous questionne alors qu’en vérité, il se pose la question à lui-même. Mais là encore, ce n’est pas uniquement les questions implicites qui attirent notre attention. Il y a aussi le fait que le narrateur nous appel à réagir quand il dit “au lecteur” à certains moment ou “vous” en s’adressant à nous.

Je n’ai pu être que captivé par ce light novel. Mais aussi par le fait que je me sentais proche de certaines pensées écrites de l’auteur. Tout comme des protagonistes ou je trouvais une partie de moi.
Par conséquent, nous ne sommes pas passifs durant la lecture. Ce bouquin contrairement à d’autres, nous rend actifs et nous veillons à ce qu’il s’en dit.

Les protagonistes…

Pour ce qui sont des protagonistes, nous avons au début : Hachiman Hikigaya. Il n’y a pas beaucoup de chose à dire sur lui. On apprend à le connaître au travers du livre et pour ce qui en ressort du premier tome. Il me fait penser à un vieil homme dans ces propos concernant la “jeunesse”. Bien, qu’il vit sa jeunesse, il ne la vit pas comme les autres. Et c’est parce qu’Hachiman est frustré par cette « jeunesse », qu’il donne de tels arguments. Pour moi, il est frustré ! Il n’a pas eu d’ami, comme beaucoup d’adolescents. Il s’est aussi fait rejeté de nombreuses fois. Il se retrouve dans certains malentendu qui l’ont rendu triste et méfiant. Je pense que si il aurait été « normal », il ne serait pas ainsi. Et bien sûr, il n’aurait pas été intéressant à analyser. De plus, il me donne la nette impression qu’il espère toujours quelque chose.
Pour lui, la vie ou plutôt la jeunesse ne vaut pas la peine d’être vécu.

Si Hachiman avait été réel, je ne pense pas que j’aurais été son ami pour la simple raison qu’il est déprimant. Il ne donne pas envie d’être approché. Il ne fait pas non plus d’effort et ça il le démontre parfait. Cependant, la qualité qu’il peut avoir c’est qu’il assume parfaite ce qu’il fait. Mais je me posais une question, est-il vraiment honnête avec lui même quand il dit qu’il n’a pas besoin d’ami ? Je ne suis pas sûr. Il a certes développé son sens de l’imagination. Mais l’homme à besoin d’un autre être humain près de lui pour parler, échanger, vivre, avoir des avis mais surtout pour évoluer. C’est en partie grâce au contacte d’autrui que nous évoluons. L’homme est perfectible dans le bon comme dans le mauvais sens. Pour le moment, nous avons un personnage négatif, terne, mort de l’intérieur. J’ai hâte de lire la suite pour voir si il va changer, s’illuminer et changer d’avis sur sa fameuse théorie de la “jeunesse”. J’ai hâte de voir son évolution.

Pour ce qui est de Yukino Yukinoshita, on ne sait que très peu de choses sur elle. J’ai bien pu apprendre certains éléments sur elle qui concerne sont présent. Malgré tout, je ne sais que très peu de choses sur la Yukino du passé. D’après ce que l’on apprend dans le Light Novel, c’est jeune fille très populaire. Au contraire, de Hachiman, Yukino est reconnu par sa beauté, son comportement et ses notes admirables. Douée dans tout ce qu’elle entreprend, elle est admirée et enviée de tous les élèves. Elle est le genre de fille qu’on appellerait “beauté de glace” car quoi que tu dises, son visage ne changera pas. J’apprécie beaucoup cette jeune fille. Yukino n’a pas la langue dans sa poche, si elle veut dire quelque chose, elle le dira. Par ailleurs, si elle s’isole, ce n’est pas parce qu’elle le souhaite. Mais simplement par hypocrisie des autres filles qui pourrait profiter d’elle. Elle ne souhaite pas une amitié où les autres en tirent avantage et pas elle. Elle ne croit pas à l’amitié.
Ce que j’aime chez Yukino, c’est le fait que si quelqu’un a un problème, elle l’aidera, peut importe le prix. C’est une jeune fille loyale et fidèle à ses valeurs. Mais j’ai aussi pu remarquer qu’elle n’est pas uniquement ce qu’elle prétend être: une fille de glace. Elle ressent et peut être submergée par différentes émotions. Elle peut très bien être gênée, embarrassée ou même avoir honte. Au contraire de Hachiman, elle n’est pas passive comme lui à attendre que les choses se passent.

Cependant, si les deux personnages n’évoluent pas dans le roman, leur relation elle, elle évolue contre toute attente. Si au départ, ils ne se parlaient pas, ils le feront de plus en plus. Et c’est au travers de leurs insultes qu’ils s’expriment et racontent leur passé.

Des atouts majeurs…

Yui Yuigahama. Une adolescente qui se fait passer pour se qu’elle n’est pas. Elle est superficielle. Elle veut prétendre avoir confiance en elle et veut inspirer la « classe ». Pourtant, Yui est ce que l’on appelle plus communément : un mouton. Elle suit les autres, leurs opinions pour se faire accepter.
Toutefois, elle change grâce à nos deux acolytes. Elle suivra moins les autres et osera donner son avis, même si elle doit se faire critiquer. Yui est celle qui évolue le plus dans le roman. Même si elle au début, elle n’a aucune confiance en elle. Elle est fausse, c’est un mouton néanmoins c’est une jeune fille qui s’affirme plus vers la fin du tome.
Ce que j’aime dans ce personnage, bien qu’elle soit un peu bête, lente à la détente, c’est je me reconnais en elle. Dans le sens où oser se confronter aux autres n’est pas possible. Trouver le courage de le faire, de s’assumer et un grand pas vers le changement. Yui est la protagoniste la plus sincère dans ses sentiments. Elle exprime se qu’elle ressent même si elle est très maladroite.

Zaimokuza Yoshiteru est le genre de personnage qu’on peut voir dans Chûnibyô. Il pense avoir des super-pouvoir, vivre dans une réalité alternative Mais sait-il que tous se qu’il dit est faux ? Je l’espère sincèrement pour lui ! On ne peut pas dire grand chose sur lui. Il n’apparaît que très peu dans le livre. Mais l’impression qu’il m’a laissé n’est autre le fait que c’est un personnage : lourd. C’est le genre où tu as envie de lui dire de se taire alors qu’il n’a pas encore ouvert la bouche car tu sais qu’il va dire une connerie.

Je ne vais pas vous faire tout les personnages du livre. Tout de même. Il y en reste bien trop à traiter. Et surtout, je ne veux pas vous gâcher le plaisir de les découvrir !
J’en viens donc à vous présenter mon dernier ou plutôt dernière protagoniste. Celle qui est l’élément moteur et qui a rassemblé notre belle bande de bras cassé. Une femme de caractère, qui n’a peur de rien et qui prend son rôle de professeur très à cœur. Quelque peu sadique je vous l’accorde, qui se délecte de la souffrance de ces élèves. Qui rit d’eux dans l’ombre, je vous présente mademoiselle : Hiratsuka Shizuka. On ne sait que très peu de choses la concernant. Mais on peut percevoir qu’elle a souvent eu des déceptions amoureuses…

Les dessins…

Pour ce qui sont des dessins de Ponkan8, je les trouve extrêmement beau. Bien plus beau que ceux de l’animé. Je trouve dommage que ce ne soit pas le même dessinateur pour l’animé.
En réalité, je suis complètement fan de ses dessins, ils sont magnifiques et c’est un véritable coup de cœur. Je ne saurais pas vraiment quoi dire dessus, il y a en trop peu pour que je puisse juger. Ils sont en partie en gros plan. Les illustrations sont vraiment centrés que sur les personnages. Il n’y a pas de paysage.
Leurs traits sont fins et plutôt attirant. Mais je vous en dirais plus quand pour le tome 2 !

Pour conclure, je dirais que ce light novel est vraiment comme je l’attendais. Il dépasse même toutes mes espérances ! C’est un véritable coup de foudre pour le coup !
Ce premier volume est assez drôle, et les situations comiques. Ça change vraiment de mes lectures habituelles et c’est ce que j’aime.
De plus, j’ai pu remarqué que l’auteur avait fait une sorte de jeu de prénom. Si vous regardez bien et analysez tous les prénoms des protagonistes ressemblent quelque peu à leur prénom. J’aime beaucoup ce jeu de prénom, c’est une marque de l’auteur qui lui est personnelle.
Jusqu’à présent, je n’avais lu de light novel aussi personnel ! Les propos de l’auteur à travers son Hachiman sont les mêmes que dans la postface. C’est à se demander si on ne lit pas le journal intime de l’auteur et qu’il y aurait pas ajouté un peu de fiction ! Voilà, je pense en avoir dit assez. J’espère que la review vous a plu et on se dit à bientôt pour la prochaine. N’hésitez pas à laisser des commentaires, cela fait toujours plaisir !

NOS NOTES ...
Histoire
Dessins
Couverture
Personnages
Article précédentKiss Me At Midnight T.2
Article suivantMy Teen Romantic Comedy T.2
[Co-créatrice du Moonyko] Passionnée de Web et de graphisme mais aussi de lecture, je vous ferai découvrir où apprécier de nouvelle lecture grâce à mes reviews. On n'oublie pas que deux hommes plus une bonne dose d'histoire shôjo donne un YAOI.

Laisser un commentaire