Lovely Hair (Série complète)

2
111

Lovely Hair est un “shôjo” en huit tomes édité chez Pika. Peut-être que beaucoup d’entre vous connaissent déjà le manga et le nom de la mangaka : Ema Toyama. Après tout qui ne la connaît pas ? Eh bien ceux qui ne lisent pas de shôjo pardi ! A ce jour, on peut compter déjà quatre séries de la mangaka chez cet éditeur. Et bientôt six avec Our Little Secret qui est prévue pour le 3 Avril 2019.
Pour en revenir à Lovely Hair, on est loin de tout ce que l’autrice nous avait proposé jusqu’ici. Loin de la vie lycéenne, loin des journées habituelles, loin du garçon parfait avec un deuxième visage, loin d’une mésaventure et d’une rivale. Bref, loin du shôjo basique et de ces codes. Ici, nous sommes dans Lovely Hair, une histoire mettant en scène des dieux japonais accompagnés de leur légende.

Une histoire de croyance…

Une question de type…

Lovely hair est une histoire plutôt mignonne au premier abord et plutôt dynamique qui se développe petit à petit. Le récit se construit, nous captive et nous touche. Par ailleurs, j’ai pu remarqué, pour ce qui est de la romance dans cette série, qu’elle est très peu élevée. Nous trouvons plus d’amitié, d’histoires de familles, d’aventure plutôt que de l’amour à l’état pur. Personnellement je ne comprends pas pourquoi Pika a rangé ce manga dans la catégorie “shôjo”. Après tout, on retrouve pas un pas deux combats mais plusieurs et ce à chaque tomes ! Alors ce choix est-il dû parce qu’il destine cette série pour un public féminin ?

Des traditions et des Dieux japonais…

Pour en revenir à nos moutons et au côté mignon de la chose. Nous avons une fillette Mashiro ignorante du monde extérieur. Elle est enfermée dans une pièce de la maison car ses cheveux renferment des dieux. En plus de cela, elle ressemble à une fillette alors qu’elle a quatorze ans ! Mais comment c’est possible ? Tout simplement grâce à un rituel et un peu de magie. Vous serez surpris si je vous dis que l’autrice nous parle de cette magie bien plus tard dans la série. Son but est de bien nous faire mijoter ! Notez aussi qu’on se pose beaucoup de questions durant la lecture. Et notre frustration ne se terminera jamais, même à la fin… Vous serez toujours frustré, mais c’est de la bonne frustration, croyez-moi. Il y a toujours de nouveaux rebondissements, de nouveaux soulèvement inattendu et de nouveaux personnages, jusqu’à la fin de la série. On apprend également beaucoup d’élément sur la vie religieuse au Japon. Je trouve cet aspect du manga assez enrichissant. A la fois pour les fans mais aussi pour ceux qui aime en apprendre un peu plus. Ça fait du bien à notre culture personnelle de s’ouvrir vers de nouveau horizon.

Les protagonistes…

Vous l’avez peut-être ou pas remarqué mais les personnages de ce manga sont plutôt nombreux ! Et Ema Toyama arrive à les faire intervenir, à les manier à la perfection. Aucun n’est inutile ou même superflus, ils ont tous un rôle important à jouer. Elle ne laisse rien au hasard. Elle leurs offre une personnalité qui leurs sont propres avec une histoire, des émotions, des sentiments et la possibilité de créer des liens avec autrui. Je trouve ça remarquable.
On sait tous combien c’est difficile de gérer de nombreux personnages dans une histoire sans en faire de la pâté pour chat ! Je suis donc admirative, c’est un talent, il faut le dire..Pour se qui sont des personnages, j’ai choisi de vous présenter ceux qui m’ont le plus marqué dans cette histoire. Ils sont trois : Mashiro, hayate et Midori. Bref, les protagonistes principaux si je peux dire… Cependant, je vous parlerai aussi de quelque protagonistes secondaires qui m’ont tout aussi marqué…

KamiKami Kaeshi © Ema Toyama / Kodansha Ltd.

Les protagonistes principaux…

Une fillette pas comme les autres…

Mashiro, jeune fille de quatorze ans possède une apparence correspondant à celle d’une fillette de dix ans à peu près comme j’ai pu vous le dire. De plus, notez que Mashiro est tout simplement ignorante comme j’ai pu le souligner plus aussi également. Pour elle, tout le monde vie, mange, se douche comme elle. Elle ne connaît pas ni la télé ni les plats chaud. Mashiro est traitée comme une moins que rien. Pourtant, elle trouve cela normal jusqu’au jour où elle comprend que les gens ne vivent pas comme elle… Elle remarque alors un fossé séparant sa vie et celle des autres, cependant, elle ne s’en plaint pas.
On pourrait comparer sa vie à l’allégorie de la caverne de Platon. Au sens, où elle ne remet pas sa vie, sa façon de vivre, son traitement en question jusqu’au déclic et qu’elle décide enfin de sortir. Ce qui est bien dans le personnage de Mashiro c’est qu’on ne pourra jamais lui faire de reproche. Elle ne connait ni le bien, ni le mal. Elle ne connaît rien, elle ne connaît pas la douleur d’une blessure physique ni les différentes émotions.

Mashiro Kamisuka est une membre de la famille Kamisuka.C’est une membre reclus pour avoir «volé» le rituel de sa cousine lors qu’elle était enfant. Crainte par sa tante, elle a été enfermé seule, avec une mère absente, disparu. Pourtant, bien qu’elle soit quelque peu faiblarde, ignorante du monde et de ses dangers, elle possède un cœur énorme ou le pardon existe. Pour Mashiro, n’importe qui à le droit à une seconde chance. Elle ne cherche pas à être méchante envers son prochain. Mashiro ne cherche pas à tuer, elle est idéaliste, utopiste. Elle n’a qu’un but : la prospérité de sa famille. Mais aussi retrouver sa mère disparu. De plus, elle essaie de combler de nombreux points faibles grâce aux autres mais aussi en se surpassant !

Un membre de la famille sous couverture…

Hayate, membre de sa famille, il suit et protège Mashiro. Comme on le voit dans le premier chapitre, il est près à retourner sa veste pour la protéger. A vrai dire, je ne sais pas quoi penser de lui. Il est gentil certes mais il est plus déterminé à tuer quelqu’un que Mashiro. Il ne fait pas dans les sentiments. On ne sait pas grand chose sur lui. On apprend comment il a été élevé dans les grandes lignes. Mashiro apprend sa situation familial comme la sienne dans la famille Kamisuka. Toutefois, on ne sait pas grand chose de lui ou de son réel lien avec Mashiro hormis son rôle de maître des peigne. Hayate garde facilement son sang-froid et il est prêt à se sacrifier coûte que coûte pour sauver une vie. On pourrait penser qu’il a subit une sorte d’entraînement physique mais aussi mental. Il sait ce qu’il fait et s’est maîtriser ses «pouvoirs magiques».
En ce qui concerne son caractère, je vous en ai parlé brièvement, il sait maîtriser ses émotions. Il est réfléchit et entêté. Il est du genre à assurer la sécurité et d’élaborer un plan avant d’attaquer. C’est un jeune homme sensible sur le plan familial et complètement gaga de Mashiro.

KamiKami Kaeshi © Ema Toyama / Kodansha Ltd.

Un cousin dominé par la haine…

Midori, c’est le personnage qui m’a le plus marqué étant donné que c’est celui qui retourne toute l’histoire. Il nous manipule à la perfection ! On ne sait rien de lui, mise à part de ses sentiments à l’égard de Mashiro. Il la méprise au point de vouloir la tuer. Il la tient responsable de tous ses malheurs. C’est le personnage le plus antipathique pourtant, on apprend le connaître et à l’apprécier. La raison du fait que je me suis attachée à lui c’est pour la simple raison qu’il est sentimentaliste.
Midori agit apparemment pour sauver sa mère, son honneur mais aussi celui de sa sœur Luli, disparu après le rituel… Au début, on ne peut que le détester. Cependant, au fur et mesure que l’histoire se développe et avance, la combativité de Midori s’amenuise. Et plus on avance, plus on en apprend plus sur ces motivations et plus on le comprend. On en vient même à avoir de la sympathie pour lui !

Les protagonistes secondaires…

Pour ce qui sont des personnages soit disant secondaires, je les mettrai tous au même titre que les principaux. Ils interfèrent tous au même niveau ! Je n’ai pas vraiment de favoris, certains m’ont plus marqué que d’autres et j’ai eu de nombreuses surprises avec la plupart d’entre eux.
J’ai pu remarquer qu’il ne faut pas se fier au apparence dans ce manga. J’ai appris à mes dépends dedans que l’apparence était un réel mensonge ! Eh oui, le fond à plus d’importance que la forme, incroyable non ? Je n’ai jamais vu de manga comme celui-ci ! Pour en revenir à mes protagonistes secondaires, je suis curieuse de connaître le passé de Aoi, la mère de Mashiro mais aussi de sa tante. Ces deux sœurs jumelles à la tête de la famille ont des sentiments et point de vu divergeant. L’une veut diriger par égoïsme et l’autre veut le bonheur d’autrui. Elles ont un côté très mystérieux… J’aimerai bien un spin-off sur elles. Toutefois, il n’y a pas qu’elles. L’autrice a fait en sorte que chaque personnages soit mystérieux et nous donne envie d’en savoir plus !

Les dessins…

Les dessins, parlons-en, ils sont beaux, ils sont sublimes, ils sont magnifiques. On a vu la plume de la mangaka évoluer avec le temps, au fils de ses mangas. Je n’ai pas particulièrement trouvé que les personnages ressemblaient à ceux de ses mangas précédent. Les traits étaient fins, précis, nettes et détaillés. Les expressions sont également très bien transmissent et sont tout aussi magnifique. Pour tout vous dire, j’aime beaucoup le trait de cette mangaka. Ces dessins me captivent toujours autant qu’au premier jour où je les ai découvert.  

Pour conclure, je dirais que ce manga je l’ai adoré. Me sentant proche du shintoïsme, c’était un plaisir d’en découvrir plus sur cette religion. J’ai aussi adoré le fait que l’autrice change de style, de genre d’histoire. Elle est sortie de sa zone de confort et m’a surprise ! Ema Toyama m’a frustré tout au long de l’histoire et à la fin, je suis encore plus frustré. Pourquoi ? Simplement parce qu’elle a résolue les intrigues principales et secondaires. Et qu’ensuite, elle nous fait une queue de poisson en nous proposant une nouvelle intrigue sur des personnages dit «secondaires». Bien que je sois frustrée par cette fin propre et fidèle à la mangaka, j’espère qu’un spin-off naîtra jour !
Je ne dirais pas que c’était le coup de cœur ni même le manga de l’année. En revanche, il est très intéressant et palpitant à lire. Je vous le conseille fortement !

NOS NOTES ...
Histoire
Couverture
Personnages
Dessins
Article précédentSaenai Heroine No Sodatekata
Article suivantBlue Flag T.1
[Co-créatrice du Moonyko] Passionnée de Web et de graphisme, je dévore les livres que je lis. Otaku a temps plein non rémunéré malheureusement je vous ferai découvrir où apprécier de nouvelles lectures ou de nouveaux animés grâce à mes reviews. Katou Megumi, Mai Sakurajima & Rem the Best WAIFU.

2 Commentaires

  1. Ce n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais… Je ne pensais pas du tout que l’histoire allait être comme ça… Je m’en veut d’avoir jugé trop vite la série simplement à sa jaquette 😅
    Faudrait vraiment que je lise le premier tome pour voir !
    Merci pour ton avis 😉

    • C’est vrai que la couverture ne se prête pas du tout au manga :/ Et surement pour ça que Pika a classé le manga en shôjo, mais en tout cas, c’est vraiment un manga sympas et qui vaut la peine d’être lu, c’est pas du tout pour enfant et un enfant aurait du mal à comprendre certaines choses et même moi qui est 19 ans, j’ai réussi à me faire duper ! C’est pour te dire à quel point le manga est complexe en réalité mais ça, tu ne le vois qu’au fil des tomes, le tome 1 pose juste les bases de l’histoire.

Laisser un commentaire