Les animés : Hiver 2019-2020

4
178

Je ne vais malheureusement pas y aller par quatre chemins, j’ai quelque peu été déçue du planning animé de cet hiver 2019-2020. J’ai suivi de nombreuses séries et pourtant, je n’en ai continué qu’une seule au final. D’autant plus que la série Gotōbun no Hanayome a été décalée à l’automne 2020 alors que c’était justement, l’animé que j’attendais le plus… Mais passons. Je vais donc vous présenter quelques animés que j’ai suivi, mais où je me suis arrêtée en cours de route.

22/7, Idoles sans le vouloir

Que dire de cette série… Graphiquement, c’est superbe, les dessins sont jolis et les traits me font penser à ceux de Tamako Market.
L’histoire est plutôt agréable, nous suivons une jeune fille timide qui souhaite changer, mais qui déteste le monde de la célébrité, des idoles. Pourtant, elle va en devenir une contre toute attente car elle veut changer. Elle veut vivre même si elle n’a pas de rêve particulier.
Notre héroïne paraît un peu ennuyeuse au premier abord. Mais heureusement, elle change en devenant une idole. Et c’est là, que j’ai apprécié la série.

Au départ, je voulais arrêter la série. L’héroïne Miu, me sortait un peu par les yeux, comme on dit, au début de la série. Elle était ennuyeuse, bien trop renfermée sur elle et avait une image du monde et des adultes tellement négative… J’avais envie de la secouer un bon coup pour qu’elle se réveille. En plus de cela, elle ne sait absolument pas ce qu’elle veut. Miu donne l’impression d’être en pleine souffrance, comme si elle portait sur ces épaules toute la souffrance du monde. Alors qu’en réalité, elle est juste en pleine crise d’adolescence. Heureusement, elle change en devenant Idole et heureusement sinon j’aurais arrêté la série. Elle devient meilleure et décide de vivre comme toutes les jeunes filles de son âge.

Autre aspect de la série que j’ai apprécié, chaque épisode est consacré à un protagoniste en particulier. On apprend le passé de toutes les filles du groupe. Elles ne sont pas relayées au second plan au contraire, on apprend à les connaître et à savoir pourquoi elles sont devenues idoles. Elles ont toutes une raison particulière, ce qui fait d’elles, des héroïnes, des idoles hors du commun.
C’est vraiment un animé intéressant malheureusement, je ne suis pas très Idole, je n’arrive jamais à suivre ce type d’animé.
Par conséquent, je me suis arrêtée à la moitié de la série, ce qui est regrettable.

Ishuzoku reviewers

Alors là, nous attaquons le gros du planning. Au départ, j’étais pleine d’a priori contre Ishuzoku Reviewers. C’est vraiment stéréotypé direz-vous, mais je pensais que cette série s’adressait à un public qui regardait principalement du hentai… Or grosse erreur de ma part, en réalité, cette série est pour tout le monde et les plus de 16 ans bien sûr.
Certes, je ne sais pas où placer Ishuzoku reviewers, ce n’est ni un hentai ni vraiment du Ecchi, on est vraiment à la frontière entre les deux.

Ce que j’ai aimé avec Ishuzoku reviewers, c’est qu’il s’agit d’une série complètement déjantée et hilarante. Je n’ai pas cessé de rire tellement les situations sont délirantes et complètement « débiles ». Honnêtement, je vous conseille cette série si vous avez envie de débrancher votre cerveau un cours instant. Cependant, je vous conseille de regarder Ishuzoku reviewers avec des écouteurs et loin des enfants afin de préserver leur pureté et innocence.

On suit dans la série un duo composé d’un humain lambda et d’un Elfe. Ils rencontrent en cours de route un ange avec qui ils sympathisent et entraînent partout dans leur bêtise. Ce trio donc, écrit des reviews sur les cabarets qu’ils testent et ils leurs attributs une note allant de 0 à 10.
J’ai bien apprécié la série, même si je n’ai pas regardé les 3 derniers épisodes, c’était une bonne partie de plaisir et de rigolade. Après, je dois vous l’avouer, mais au début, j’étais gênée. Je ne me sentais pas à l’aise avec la série.
Grande amatrice de Shojo que je suis (dont les personnages sont très pudiques) et de shonen, ce n’était clairement pas le genre de série que j’avais l’habitude de visionner. Malgré tout, après avoir regardé 2 ou 3 épisodes, on finit par s’habituer et on en rit à gorge déployée.

Infinite dendrogram

Je n’ai pas réussi à aller au-delà de l’épisode 6… J’aimerais pouvoir vous en parler, mais partant du fait que je n’ai pas compris l’histoire de l’animé car mon cerveau était sur off à chaque fois… C’est compliqué vous vous dites bien. Et c’est bien pour cela que j’ai davantage préféré lire le light novel des éditions Lanovel. Mais je pense me replonger dans la série animée, quand l’envie m’en prendra.

Bien sûr, les dessins sont super jolis, je n’ai rien à redire dessus. L’histoire, de ce que j’ai en tête grâce au Light Novel est super et originale. On est dans un animé dont on est incapable de prédire la suite. Le jeu Infinite Dendrogram possède autant de possibilités que l’on peut en imaginer. Et c’est cet aspect-là qui me plaît le plus dans cette série.

J’ai hâte de me replonger dans la série animée et de découvrir et comprendre tout ce que je n’avais pas bien vu.
Je vous conseille de regarder l’animé, il pourrait vous plaire, car il sort vraiment de tout ce qu’on a pu connaître jusqu’à présent en animé – jeu vidéo. On est loin d’un Sword Art Online ou Log Horizon. On n’est pas dans un Isekai comme certains pourraient le penser et c’est ce qui m’a séduite.

Kyokou Suiri

Kyokou Suiri est une série qui m’a beaucoup plu. Les graphismes sont d’une beauté et d’une élégance à en couper le souffle. Cependant, même si j’ai adoré les deux premiers épisodes qui étaient selon moi dynamique, la suite l’a bien moins été. Sur les douze épisodes de cette série, on peut dire que l’arc principal à bien prit plus de la moitié de Kyokou Suiri, c’est-à-dire dix épisodes. Ce que je trouve dommage d’ailleurs et c’est ce qui m’a fait décrocher alors que j’étais si près de la fin.
Pour une série de douze épisodes, il est dommage de n’adapter qu’un seul arc du manga. Je pense que la série aurait dû comporter 1 ou 2 épisodes en plus. Sauf si bien sûr, une suite est prévue ?

Bref, Kyokou Suiri est un animé agréable et fort sympathique à regarder, elle se visionne assez facilement et les protagonistes sont plutôt attachants. On apprend à les connaître petit à petit en avançant dans l’histoire. J’espère qu’une suite sera annoncée sinon, je me tournerai sur le manga.

Plunderer

Incroyable, mais vraiment, je continue à regarder la série. Au départ, j’étais un peu sceptique. Je ne savais pas où Plunderer se dirigeait ni même quel genre d’animé c’était.
Pourtant, au final, j’ai bien apprécié la série et j’ai continué à regarder.
On suit la vie de Hina, une jeune fille à la recherche des As et dans la seconde partie, on assiste à la création de ces fameux As. On peut clairement dire que la première et deuxième partie sont totalement opposées. Et j’ai beaucoup apprécié cela.

L’histoire est entraînante et les graphismes plutôt sympas même si ce ne sont pas mes favoris. On apprend beaucoup de choses comme on peut beaucoup rire. Il se pose aussi une grande intrigue auquel on ne sait absolument rien même après 15 épisodes… Trop de suspense.

La série est encore en cours actuellement (au moment de la rédaction) et je me demande si après nous aurons une nouvelle saison ou si nous aurons droit à une « fin alternative ». Je ne vous en dis pas plus pour le moment et je vous laisse découvrir la série par vous-même.

D’autres que je n’ai pas pu terminer ?

Je pourrais vous parler de d’autres séries, mais je voulais être brève, d’autant plus que je n’ai regardé que 1 seul épisode parfois…
Voici donc les titres que j’ai arrêté en cours de route : Runway de Waratte (Shine de chez nobi nobi) j’ai regardé jusqu’à l’épisode 6. La série est sympa, mais au bout d’un moment, c’était clairement lassant même si les graphismes sont d’une beauté incomparable. Rikei ga koi ni ochita no de shoumeishitemita, je n’ai dû visionner que 6 ou 5 épisodes. J’ai arrêté, car même si la série est sympa, j’ai vraiment eu l’impression que la série tournait en boucle sur l’intrigue principale. Itai no wa iya nanode bogyo ryoku ni kyokufuri shitai to omoimasu et Hatena Illusion, je n’ai regardé qu’un seul épisode, mais je n’ai pas pu continuer à cause des héroïnes que je n’arrivais malheureusement pas à adhérer…
Globalement, je n’ai pas continué cette série car même si graphiquement c’était superbe, elle n’était pas pour moi. Elle ne me plaisait pas particulièrement. Et aussi, je m’ennuyais quelque peu.

Pour conclure, c’était vraiment une bonne découverte. Je trouve juste dommage que je n’ai pas pu apprécier davantage les différents titres. Ils avaient du potentiel, mais ils ne sont pas pour moi… Malgré tout, j’ai voulu tester.
Toutefois, si les titres vous tente, je vous laisse juste en dessous le planning réalisé par les administrateurs du site Icotaku. Peut-être ferez-vous de belles découvertes !

Articles précédentsBeastars
Articles suivantsLes enfants du temps (weathering with you)
Créatrice du Moonyko. Je suis une passionnée du Japon autant par sa culture traditionnelle que par sa Pop culture. J'ai pour but de vous faire découvrir mes lectures et visionnages au travers de ce blog. Mais il n'y a pas que le Japon qui me passionne, l'infographie et le codage sont aussi au cœur de mes centres d’intérêts. Rem, Katou Megumi sont mes waifu favorites mais j'en ai plein d'autres...

4 Commentaires

  1. Moi j’ai pris beaucoup de plaisir devant la nouvelle saison de Haikyû ! Par contre la 2ème partie de la saison était censée débuter en juillet, mais je suppose qu’elle sera reportée à cause du Covid 🙁

  2. Sur ceux citées, j’ai vu Ishuzoku Rewievers qui est un réel délire, qui rend la chose ultra malsaine et pourtant très amusant. Mais tour le monde n’y est pas réceptif, j’ai proposé à des potes, ça partait trop loi pour eux!
    Et pour ce qui est de Plunderer, j’ai pas tenu la premiere moitié du premier épisode; la mise en place des règles de cet univers étaient tellement mauvaises, j’ai absolument pas accrochés.

    Par contre, vu que Une unité Dendogram va sortir en Light Novel, ça serait bien de le voir avant de le lire, histoire de pouvoir apprécier un minimum la série.

    • C’est ce que j’ai le plus aimé avec Ishuzoku justement, il fait des sujets un peu taboue une partie de rigolade. Après oui c’est sûr, il faut prendre la chose avec rigolade et je crois peut-être qu’il faut avoir un grain aussi x)
      Justement, je pensais pareil au début mais je me suis forcée et honnêtement, je te conseille de regarder, cet animé part tellement loin c’est fou ! Il est génial.

      Tu peux l’apprécier dans l’autre sens, tout dépend de chacun.

Répondre

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici