La petite faiseuse de livres T.1

0
107

La petite faiseuse de livres est un titre des plus attendu pour ma part de chez Ototo. L’animé m’avait beaucoup plu et m’avait ému à chaque épisodes. J’ai l’impression que cette année tous les titres qui m’intéresse fleurissent comme des petits pains sur le marché.
Série en 7 tomes, j’ai vraiment hâte de découvrir la fin de l’histoire. D’autant plus que l’histoire et les personnages sont uniques en leur genre.

Une histoire…

L’histoire est vraiment intéressante et original. Je l’avoue, c’est un Isekai. Mais il a vraiment de quoi plaire aux autres. Je ne vais pas vous mentir, je n’ai à aucun moment eu l’impression d’avoir fait face à un Isekai.
Bien qu’il soit surprenant, j’ai vraiment aimé le récit. On suit une jeune fille décédée dans les livres, ce qui est ironique. Toutefois, elle se réincarne dans un autre monde et un autre corps. Ce que j’aime vraiment dans ce manga c’est la sorte de leçon que l’on peut en tirer. « Rien ne peut nous arrêter si nos ambitions égales notre courage. Tout est possible et quand on ne peut pas accomplir seul se que l’on veut, il suffit de le demander. » Vous pouvez retenir cela de l’histoire.

En ce qui concerne ce premier tome, il est bien développé. On apprend tout au même moment que notre héroïne, ce qui nous permet de davantage nous plonger dans l’histoire. Peut-être que certains d’entre vous on suivi l’animé. Pour ma part, c’est comme ça que j’ai connu le titre et j’ai été étonné de voir que le manga nous apporte des éléments en plus de la série animé. J’ai hâte de voir comment se développera le titre. Comment se terminera le manga ? Est-ce que nous suivrons trait pour trait le même scénario où aurons nous quelques différences ?

…Qui a su me surprendre

Une chose qui m’a surprise dans le manga et qu’on ne retrouve pas dans la série animé, c’est les stéréotypes de la femme. Elle est à la maison, à la cuisine, au ménage et l’homme au bricolage. Il ramène de l’argent à la maison et décide pour la famille.
Comme on peut également voir des classes sociales fortement séparées. Tout d’abord, il y a la caste des nobles, ceux qui héritent de tout grâce à leur naissance mais qui restent entre eux. Ensuite, des nobles plus aisés mais qui peuvent se mêler aux autres nobles très hauts placés comme aux plus démunies. On pourrait l’appeler la classe modeste ou aisé. Et enfin, la classe la plus moins riche, les pauvres. Leur condition de vie est clairement exécrable mais comme ils n’ont connu que cela, pour eux, c’est normal.

Par conséquent, je me demande comment Maïn va faire évoluer les conditions de vie de sa famille, et des autres aussi peut-être par la même occasion. Si elle le fait bien entendu…

Les protagonistes

Pour le moment, en personnages principalement, nous avons la famille de Maïn qui intervient et parfois Otto et Lutz. Actuellement, nous ne sommes qu’au passage où nous apprenons à les connaître. En définitive, les seuls protagonistes que nous connaissons « bien » sont la famille de Maïn.

En ce qui concerne les parents, nous ne savons pas leur prénom, ils sont seulement appelés : papa et maman.
Le père est un homme de famille tous ce qu’il y a de plus comblé au monde. Il a une femme et deux filles qu’il aime plus que tout au monde. Et c’est réciproque. Ce père protège sa famille. Il est très protecteur et surtout complétement gaga de ces deux filles.
La mère, c’est une femme avec un fort caractère. Étant tous pauvres, ils doivent faire attention non seulement à l’argent mais aussi à leur stock de nourriture. Donc, pas de gaspillages. Elle porte sa famille avec le père et enseigne à ses deux filles le travail d’une femme. La mère est également très protectrice envers ces filles et surtout en ce qui concerne Maïn à cause de sa maladie.

Tuuli, la sœur aînée est douce et sensible. Son sourire est aussi radieux qu’un soleil à son zénith. Elle protège sa sœur et accède à tous ces caprices. On peut remarquer que quelque fois, Tuuli peut complexer par rapport à sa jeune sœur qui sait tout faire sans aucune difficulté.
Maïn, elle, c’est dans leur monde, un petit génie. Souriante, jolie, intelligente et innovatrice, elle a tout pour plaire dès son jeune âge. En plus, par dessus le marché, elle est très ambitieuse. Malheureusement, tous ces beaux cadeaux lui coute sa santé, elle est très fragile. J’espère de tout cœur que Maïn vivra jusqu’à l’âge adulte mais au vu du fait que même marcher lui est très pénible, j’ai des doute.

J’aime beaucoup tous ces protagonistes, ils agissent vraiment comme la famille que nous aimerions tous avoir (ou aurions aimé avoir). Cette famille est attachante, pleine d’énergie. Elles nous donnent du baume au cœur et je ne vais pas vous mentir, c’est plaisant à voir. Je crois d’ailleurs que c’est la première fois dans un manga où la famille à une place centrale.

Les dessins

Je n’ai pas grand chose à dire en ce qui concerne les dessins. Je les apprécie énormément, ils sont dès plus expressifs. Ils sont aussi très détaillés et très propres. C’est d’ailleurs la couverture qui m’a donné encore plus envie de lire le manga. Alors qu’à l’origine, je n’étais pas censée céder à la tentation…

Pour conclure, je pourrais dire que ce manga est un vrai coup de cœur. Je vous le conseille fortement. La petite faiseuse de livres est un titre rafraichissant. J’ai hâte de voir tous les personnages grandir et se développer.

Articles précédentsInterview : Raito (Youtubeur)
Articles suivantsAsadora! Tome 1
Co-créatrice du Moonyko. Je suis une passionnée du Japon autant par sa culture traditionnelle que par sa Pop culture. J'ai pour but de vous faire découvrir mes lectures et visionnages au travers de ce blog. Mais il n'y a pas que le Japon qui me passionne, l'infographie et le codage sont aussi au cœur de mes centres d’intérêts. De ce fait, un projet aura lieu en rapport avec tout cela alors n'hésitez à aller sur notre Tipeee pour soit en savoir plus, soit pour donner une petite contribution pour nous soutenir.

Répondre

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici