La Courtisane d’Edo T.1

0
38

La courtisane d’Edo, nouveau manga de notre mangaka également publié chez Pika et avec Last Note et Black Bird.
Cette fois-ci, l’auteure sort du monde des Yôkai pour se plonger dans un monde d’histoire et de péripétie ! Je dois dire que ce premier tome m’avait fais de l’œillade et m’avait beaucoup attiré avant sa parution en magasin ! Je n’ai pas été déçu de cet achat puisque le manga est vraiment palpitant ! 

Bouche bée ?

La fin de ce premier volume nous laisse perplexe vu le nombre de mystère qui planes… Il s’agit là d’une fin dont la suite nous rend impatient ! 
Je n’ai pas décroché une seule seconde durant la lecture. J’ai littéralement été absorbé dans le manga ! L’auteur pose les bases en nous expliquant le fonctionnement des maisons closes. L’autrice nous explique comment sont gérés les jeunes filles dans ces maisons au Japon lors de l’ère Edo. 
Le manga nous donne beaucoup d’informations et beaucoup de mystères reste en suspens. Ces mystères seront probablement mis en avant sans jamais trop les évoquer. Et bien entendu, ils seront peut-être résolut à la fin comme toujours. Mais je ne vous cache pas que ce premier tome m’a tout simplement laissé bouche bée.

L’histoire…

L’histoire est bien trouvée, elle n’est même pas dans le domaine du « déjà vu » avec d’autres mangas. Il est original et attire rapidement l’œil car comme j’ai pu le dire, l’histoire n’est pas commune. L’auteure prend comme thème tout de même de courtisane qui ne sont autre que des prostitués !
Toutefois, ce n’est pas un contenu obscène qui nous est proposé. Il s’agit ici, d’un shôjo dont le contenu sera certes épicé et dans le genre que Black Bird si vous l’avez lu. De plus,
Sakurakoji Kanoko marie les thèmes de la prostitution et du drame familial ensemble. Mais, elle ajoute aussi une pincée d’intrigue policière et historique, se qui nous offre un contenu divers et palpitant. Grâce à cela, dans ce premier tome, nous allons de rebondissement en rebondissement. 
Le scénario est dynamique, nous avons le temps de nous imprégner de l’histoire mais aussi des protagonistes.

SEIRO OPERA © 2015 Kanoko SAKURAKOUJI / SHOGAKUKAN

Des protagonistes à forts caractères…

Ah, les protagonistes… Je les aime. Il est assez rare que dans un premier tome, tout les personnages me plaisent ! Pourtant, ils ont tous un petit quelque chose d’attirant et de mystérieux ! A noter que ces protagonistes ont tous un fort tempérament !  

Akane, héroïne principale du manga, caractère de femme bien trempée qui ne recule devant rien. C’est avant tout une adolescente qui apprend de la vie et de ses erreurs. Il faut dire qu’elle est très courageuse pour son âge. Elle continu d’avancer sans faillir ou même se plaindre ! Elle intègre une maison close dans le but de servir son ambition personnelle. Je ne vous dévoilerais rien car son histoire est tout de même intéressante et poignante pour une jeune fille de quinze ans seulement.
Par ailleurs, c’est un personnage assez doux et sensible, elle cherche même à le cacher.
Pour ma part, je trouve qu’Akane dégage une aura assez sympathique. Elle m’inspire beaucoup de chose comme le charme, la séduction, la force, la jeunesse, la beauté, le respect ect… Elle est l’héroïne que j’aime le plus dans ce manga. 

Vient près en seconde femme qui m’inspire le respect, le charme, la beauté ect… Asakeno est une femme avec un tempérament encore plus fort que celui de Akane. Je dois dire que la première fois que je l’ai vu dans le manga, j’en ai eu le souffle coupé ! Je trouvais Asakeno assez froide dans un premier temps mais après réflexion, c’est une femme douce, raffinée et délicate qui n’a pas la langage dans sa poche, elle possède un sacré caractère. Elle n’hésite pas de mettre à l’épreuve ceux qui le mérite pour voir leur conviction mais aussi leur volonté. Bien qu’elle soit maline, elle me paraît aussi maladroite. 
Cependant, sa grande confiance 
en elle et sa fierté ainsi que sa beauté la rend unique. Elle aide les femmes qui le mérite comme Akane qu’elle semble apprécier de taquiner pour la motiver. Néanmoins, elle reste gentille et pleine d’attention (qu’elle cache, peut-être n’aime t-elle pas montrer sa gentillesse). Mais je ne vous en dirais pas plus sur ce personnage, je vous laisse la découvrir. 

Sousuke, lui, protagoniste masculin de l’histoire avec également un fort caractère. A vrai dire, Sousuke n’est pas très clair, on ne sait pas ce qu’il a en tête, il est étrange.
Toutefois, je l’apprécie beaucoup. Sousuke semble être d’une très grande gentillesse, même s’il est extrêmement dur à première vue et tranchant dans ses propos ! Je pense d’ailleurs que lors de son enfance il a été blessé et que son cœur de jeune homme l’est. Ce n’est qu’une hypothèse bien entendu, j’attends de voir les autres tomes pour savoir comment évoluera ce personnage !

SEIRO OPERA © 2015 Kanoko SAKURAKOUJI / SHOGAKUKAN

Des traits raffinés…

Les dessins de ce manga ne m’ont absolu pas déçu, bien au contraire. Ils sont sublimes et précis. Déjà que l’histoire m’avait transporté, les dessins m’ont encore plus facilité la plongés dans l’histoire ! Il mettait impossible d’en sortir ! Je n’ai pas pu décrocher de ces dessins. La mangaka c’est nettement amélioré depuis Black Bird, cela n’a plus rien à voir. 
Les dessins m’ont conquérit et je n’ai rien d’autre ajouter dessus. Je vous laisse juger par vous même mais cela faisait bien longtemps qu’un shôjo ne m’avait pas autant séduite ! J’ai hâte de voir la progression des dessins durant la série car les traits s’affineront probablement un peu plus ! De ce qui est sûr, les traits
des tenus vestimentaires pour les courtisanes sont raffinés, fins et complexes. Notamment à cause des motifs, cela à du être un travail monstrueux ! 
Les expressions faciales dégagent directement l’aura du protagoniste. Les émotions sont également bien retransmit, ils sont clairs sauf pour certains personnages mais cela est sans doute fait exprès !
Je n’en dirais pas plus sur les dessins ou je risquerais de tourner en rond, je vous laisse plutôt juger par vous même car chacun à des critères différents pour les mangas.

Pour conclure, je pense vous avoir assez éclaircis sur le sujet. L’histoire est original, les dessins sublimes, j’ai succombé au charme du manga mais je ne pense pas être la seule.
C’est un grand coup de cœur shôjo pour moi et je le conseille vivement pour tout ceux qui cherche un shôjo bien épicé ! 
Je prévois pour cette série entre 19 et 24 tomes mais pas plus ou peut-être moins. Sauf si de nouvelles intrigues se développent au cours de l’histoire.
J’espère que la review vous a plu, vous pouvez commenter l’article cela fait toujours plaisir et surtout, donner votre avis ! A bientôt ! 

NOS NOTES ...
Histoire
Couverture
Personnages
Dessins
Article précédentMise en avant ~
Article suivantLa Courtisane d’Edo T.2
[Co-créatrice du Moonyko] Passionnée de Web et de graphisme, je dévore les livres que je lis. Otaku a temps plein non rémunéré malheureusement je vous ferai découvrir où apprécier de nouvelles lectures ou de nouveaux animés grâce à mes reviews. Katou Megumi, Mai Sakurajima & Rem the Best WAIFU.

Laisser un commentaire