Hungry Marie (série complète)

0
187

Hungry Marie, manga en seulement quatre tomes est réalisé par Ryuhei Tamura, mangaka de Beelzebub. L’auteur nous propose un nouveau titre. Plus court cette fois, notamment par son manque de succès au Japon. Cependant, le mangaka reste toujours dans le même type d’humour que pour son manga précédent.
On aborde pour ce titre un aspect historique et pas n’importe lequel. Une petite période de l’histoire de France a inspiré notre mangaka. Il l’a mélangé à un univers japonais ou les événements sont quelques peu loufoques !
J’ai beaucoup apprécié ce premier tome. Même si j’aurais dû prendre le temps de lire car trop d’humour tue l’humour comme on dit ! Toutefois, cela ne m’a pas empêcher d’apprécier le manga.

Une histoire de résurrection….

Dans le manga….

L’histoire commence avec deux éléments. Tout d’abord avec le fantôme d’une jeune fille. Et ensuite, avec le flash-back de l’enfance de notre protagoniste principal nommait Taïga. Ce flash-back présente le fameux teste de courage dans une maison soit disant hantée. C’est dedans que Taiga rencontre sa voisine Anna, une jeune fille de religion chrétienne.
Je trouve cette histoire intéressante dans le sens où Anna souhaite ressusciter une ancienne princesse française appelait Marie-Thérèse Charlotte, fille de Marie-Antoinette. La raison est assez marrante, mais je vous laisse le loisir de le découvrir. Sauf que cette résurrection ne se passe pas comme il aurait dû se passer…

Les choix du mangaka…

Dans le manga, nous apprenons une partie de l’histoire de cette princesse. Mais après quelque recherches affûtées, je suis tombée sur des faits historiques divergents de ce que le manga présente.
D’après le manga, Marie-Thérèse Charlotte s’est vu séparé de ses parents lors de la révolution Française. Ce qui est vrai, chaque membre de la famille royale était séparé des uns et des autres. Marie-Thérèse Charlotte a bien été enfermé. Elle était bien la seule et dernière survivante de la famille royale. Toutefois, le mangaka a rajouté des détails quelque peu fictif comme le fait que Marie-Thérèse Charlotte s’est enfuie et qu’une autre femme lui ressemblant aurait pris sa place. Mais aussi qu’elle serait décédé au Japon et surtout très jeune ! Or c’est faux, l’auteur aurait aussi oublié d’inscrire des éléments importants et c’est là qu’une question intervient : Aurait-il fait exprès ? Je ne sais pas à vrai dire. C’est une véritable interrogation. Il a volontairement transformé la réalité en fiction, ce qui est tout aussi intéressant.
Cependant, afin de vous éclaircir et de vous apprendre quelque chose, pour ceux qui ne le savent pas, nous allons faire un petit point historique.

Dans la réalité, il y a fort longtemps…

Pour commencer, la princesse Marie-Thérèse Charlotte est née à Versailles le 19 décembre 1778. Lors de son baptême, c’est les prénoms de sa grand-mère et sa marraine l’Impératrice Marie-Thérèse dont elle reçoit les noms.

Mais, comme l’indique le manga, le jour de la révolution Française, la famille royale est séparée. Marie-Thérèse Charlotte est confiée à Madame Elisabeth qui n’est autre que sa tante, dont elle sera séparé peu après. Elle dû apprendre à se débrouiller seule et avec le strict nécessaire. Mais aussi à raccommoder ses vêtements puisqu’elle en avait que très peu ! Elle demandait aussi beaucoup de nouvelle de sa mère et son frère, alors qu’ils étaient tout deux décédés sans qu’elle ne le sache. C’est Mme de Chanterenne qui apprendra à la princesse le décès des membres de sa famille. Et pour terminer, la princesse ne meurt pas au Japon mais en Autriche. Je vous ai épargné certains détails. Aussi, je n’ai fais que rétablir la vérité par rapport au dire du manga. Même si l’auteur s’est inspiré de notre histoire, il est important que vous ne croyez pas forcement que c’est la vérité.
Que cela soit dans le manga où dans les faits historiques, il faut savoir qu’elle a vécu enfermé dans des prisons. Il est donc normal que la personnalité de cette princesse, son caractère est changé une fois sortie de prison.

Après ce petit point historique, peut-être assommant pour certains. Je trouve le fait que l’auteur est volontairement changé les détails véridique de l’histoire de cette princesse. Mais aussi qu’il utilise un personnage datant du XVIII e.
Il faut savoir, qu’il n’y a pas que l’aspect historique du manga qui m’attire. Le mélange de culture est intéressant, nous avons là, deux personnages totalement opposés. L’un est shintoïste et élevé comme un japonais et l’autre est chrétienne, élevée avec la culture française. Ils n’ont pas les mêmes cultures ou traditions. Et pourtant, ils sont intéressants à analyser.

HARAPEKO NO MARIE © 2017 by Ryuhei Tamura/SHUEISHA Inc.

Les protagonistes…

Le proverbe : “les contraires s’attirent” est véridique dans ce manga.

Une fille pas comme les autres…

Passons maintenant à Anna, voisine de Taïga. Anna, c’est une jeune fille timide, n’ayant d’yeux et d’intérêt que pour la princesse dont je vous ai parlé.
Nous ne savons que très peu de choses la concernant. Sa mère n’est plus présente, on le sait et qu’elle a été élevé par son père. Nous n’en savons pas plus après sur son histoire.
J’aime beaucoup cette protagoniste, elle est sympathique. Même si, elle cherche eut-être un peu trop la petite bête. Elle ne prend pas non plus en considération ses sentiments à elle. Elle ne semble vivre que pour son souhait et servir Marie-Thérèse Charlotte (la fameuse princesse de l’histoire). Pourtant, elle est très expressive. Son visage nous transmet chaque émotion qu’elle ressent, même si, c’est souvent de la gêne ou de la honte…

Taiga un protagoniste au coeur d’une malédiction…

Taïga, protagoniste principal de notre histoire et un adolescent amoureux de sa voisine Anna. Ils sont en total opposition, autant que cela soit de la culture à la religion. Ils n’ont rien en commun mise à part une vieille photo. De même que sa charmante voisine, Taïga a été élevé par sa grand-mère. Je me demande bien où sont passé ses parents… En faite, je me demande, si un seul protagoniste masculin (ou même pour une fille) possède des parents dans un manga. Il est fréquent qu’ils soient très absent. Je me demande bien pourquoi ce choix. Bref. Taïga, on ne sait pas s’il a connu l’amour parental. D’après ce qu’on voit, il n’a connu que le kung-fu et sa grand-mère au caractère quelque peu déjanté…
Taïga est un garçon impulsif. Il réagit sur le coup de l’émotion, il n’aime pas se laisse faire. Cependant, même s’il a un sacré tempérament, c’est un garçon gentil qui se bat entièrement pour protéger les autres.

Ce que j’aime chez ce personnage, c’est justement son tempérament. C’est un garçon qui pense beaucoup aux autres. On ne sait pas beaucoup de chose sur lui étant donnée qu’il se retrouve pour le moment dans une situation des plus compliqué ! En revanche, même s’il partage son corps avec une princesse, même s’il n’est plus lui-même, il n’en devient pas fou. Taïga essaie de trouver une solution. Il n’a pas l’air d’être le genre de personnage qui s’assoit et attend que les choses se fassent. Taïga est loin d’être bête. Il se pose les bonnes questions et au bon moment. On voit que c’est quelqu’un sur qui on peut compter.

Une entité devenu moderne…

En ce qui concerne Marie-Thérèse Charlotte, elle n’apparaît seulement quand elle a faim ou qu’elle est contrariée. On comprend que dans son passé, elle n’a pas pu manger à sa faim et que cela à eu des répercussion quand elle a été ressusciter…
Le fait qu’elle occupe le corps de Taïga rend les chose plus difficile. A la fois pour lui mais aussi pour elle. Marie-Thérèse Charlotte et
Taïga ne peuvent pas changer de “forme” physique en publique ni être séparés. Et pour couronner le tout, ils ne peuvent se parler uniquement via leur conscience. Bref, c’est une malédiction bien compliqué…

Cette princesse, bien qu’elle a airé durant des années, des siècles même ne la rend pas plus folle ou plus méchante. Marie-Thérèse est une adolescente avant tout adorable. Elle sait que Taïga est amoureux de Anna et elle va l’aider. Même si elle n’en fait qu’à sa tête, elle n’en reste pas moins adorable envers les autres. Elle aide et s’énerve quand il le faut. Marie-Thérèse est vraiment attachante, je l’adore.

L’ami d’enfance qui pense être “cool”…

Passons à un autre protagoniste, Mamoru. Celui que je le trouve assez marrant et bête au passage. Je ne sais pas pourquoi, j’ai comme le pressentiment qu’il est un fauteur de trouble ?
Tout ce qu’on apprend sur ce Mamoru, c’est qu’il agit comme un lâche. Et par dessus le marché, c’est un dragueur invétéré qui se pense beau et irrésistible alors qu’en vérité il est complètement stupide. Pourtant, c’est ce que j’aime chez lui, il est bête et ça le rend drôle ! Sa connerie le rend attachant. Par ailleurs, si vous comparez entre le mignon petit garçon dans son enfance et le lycéen qu’il est devenu, je me demande ce qu’il a bien pu se passer entre temps… Mamoru donne l’impression d’être faux, de porter un masque. Mais, je le vois bien qu’il est très attaché à son ami Taïga.
Heureusement, bien qu’il soit secondaire, l’auteur le fait souvent intervenir. Il a même droit à quelques chapitres. Ces quelques chapitres nous permet de découvrir qui il est vraiment. On découvre aussi pourquoi, il est comme il est. Et quand il devient lui-même, il est largement plus cool que ce qu’il veut faire croire !

HARAPEKO NO MARIE © 2017 by Ryuhei Tamura/SHUEISHA Inc.

Nous avons donc là, quatre protagonistes au caractère diamétralement opposé. Ce qui fait qu’on a droit à des situations, des répliques assez comiques. Je me suis attachée aux personnages et je les apprécie beaucoup.

Les dessins…

Chara-design….

Les dessins, ils ne sont pas spécialement spectaculaire, ce n’est pas un coup de coeur de ce côté là. Cependant, mon chara-design favoris est celui de Marie-thérèse Charlotte, il n’y a pas à dire, c’est l’une des protagonistes que je trouve la mieux dessiné vous ne croyez pas ?
Le chara-design d’Anna n’est pas vraiment incroyable non plus, je dirais même qu’elle est banale. Tout comme Taïga, même s’il dégage un petit quelque chose !
Mamoru lui, avec ses lunettes, il a vraiment une allure de crétin, il n’y a pas à revenir dessus je pense… Par contre, le père d‘Anna me fait penser à un petit diable avec ses cheveux en forme de corne et son menton en forme de fesse !
Pour ce qui sont des chara-design des autres protagonistes, ils ne sont pas très poussés mais pas désagréable. Leur apparence est simple, par contre, les expressions faciales sont excellemment bien retranscrites. On comprend très facile quel sentiment surgit chez tel personnage.

Les expressions…

J’aime beaucoup comment le mangaka nous envoie une expression via le regard. Par exemple le regard chez Anna est très persuasif, on sent qu’il vaudrait mieux écouter sinon ça va barder !
Je pense que la façon dont l’auteur dessine les expressions, les regards font que c’est un coup de cœur. C’est assez étrange à vrai dire puisque je ne suis pas fan des chara-design des protagonistes. Mais je suis totalement sous le charme pour ce qui sont des expressions et des regards dessinés… Par ailleurs, l’auteur a le sens du détail. Il est très précis dans ses dessins comme on peut le voir à plusieurs reprises.

Pour conclure, je dirais que j’ai littéralement adoré la série. Je pense que c’est le genre de manga qu’il faut lire en deux fois pour ne pas que l’humour tue l’humour. J’ai lu à plusieurs reprise le manga tellement il m’avait plu. Après, si je devais vous pondre un point négatif de l’histoire, ça serait la fin. Oui, elle est frustrante, je suis d’accord mais elle est trop brutale. On le sent que le mangaka a été obligé de mettre un terme à sa série… Ce qui est dommage.
Voilà, la review se termine, j’espère qu’elle n’aura pas été trop longue pour vous et qu’elle vous a plu, n’hésitez pas à commenter, cela fait toujours plaisir et encourage aussi pour continuer ! Je vous à bientôt pour une prochaine review !

NOS NOTES ...
Dessins
Personnages
Histoires
Couvertures
Article précédentCarciphona T.2
Article suivantRokudenashi Majutsu Koushi to Akashic Records
Minokoto-Review
[Co-créatrice du Moonyko] Passionnée de Web et de graphisme, je dévore les livres que je lis. Otaku a temps plein non rémunéré malheureusement je vous ferai découvrir où apprécier de nouvelles lectures ou de nouveaux animés grâce à mes reviews. Katou Megumi, Mai Sakurajima & Rem the Best WAIFU.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here