Don’t Fake Your Smile 1&2

0
93
critique manga don't fake your smile

Don’t Fake Your Smile, un shojo manga engagé est un titre des éditions Akata qui m’aura agréablement surprise.
En effet, je pensais que Don’t Fake Your Smile serait un shojo manga dès plus irritants. Mais au contraire, lorsque j’ai commencé l’histoire, que je me suis plongée dedans, j’ai été ébahis. Don’t Fake Your Smile est vraiment un shojo manga à part de tous ce que j’ai pu lire jusqu’à aujourd’hui.

Un manga touchant

Vous vous en doutez mais Don’t Fake your Smile, ce shojo manga évoque un sujet très sensible.

Nous entrons dans une histoire complexe. Notre héroïne Niji bien que douée pour le judo n’a pas été à l’abri d’une agression sexuelle. Et après cela en vient fondamentalement le stresse post-traumatique et tous les différents traumatismes qui s’y accompagnent. Je trouve d’un côté cela fantastique la façon dont la mangaka réussit à parler d’une agression et des traumatismes qui survient après. Mais cela en fait presque peur aussi la façon si réaliste dont ce shojo aborde le sujet.
L’intrigue de Don’t Fake Your Smile, n’est pas celui d’un shojo ordinaire. Il aborde les thématiques de l’agression sexuelle, avec celui de la victime après cet acte mais aussi du regains de confiance en soi qu’il faut de nouveau acquérir. Après un tel acte, on ne voit plus le monde, le sexe masculin de la même façon et c’est ce que j’ai trouvé remarquable dans le scénario. La manga est tellement réaliste… Et même si on suit Niji qui est la victime, on suit aussi ces amis et camarades de classes. Le regard des autres sur elle. Puis, il y a aussi le coupable que l’on suit psychologiquement.

Je trouve ce manga très touchant et poignant. Je le vois personnellement comme une sorte de témoignage même si ce n’est pas le cas… Toutefois, ce genre de chose, d’agression peut aisément et malheureusement arriver à n’importe qui. on peut dire que notre héroïne a été plus que courageuse en parlant de son agression à toute sa classe sans se cacher derrière un mensonge. Si je trouve cela courageux, c’est pour la simple raison que Niji, notre héroïne nous fait par d’un message : parler même si sa fait mal. Ce n’est peut-être pas grand chose pour certains malgré tout, c’est un premier pas vers soi pour avancer et se battre même si c’est difficile.

Bien entendu, ce n’est pas la seule intrigue de l’histoire, il y a aussi l’affirmation de soi et de son orientation sexuelle. Et cela forme un tout dans le titre.

Les personnages du shojo

Dans ces deux tomes, nous avons trois protagonistes principaux et un antagoniste. Mais, vous pouvez aussi ajouter le rôle de la mère qui n’est pas délaissée au second plan. Pour une fois, et ce qui est chose rare dans un manga, le rôle du parent est là et c’était appréciable je dois dire.

De l’héroïne naïve à une jeune fille terre à terre

Commençons par notre héroïne, Niji est une jeune fille souriante, elle déborde d’énergie. Niji est une battante, elle ne se laisse pas faire, on peut dire que c’est une adolescente à fort caractère. C’est une jeune fille honnête et droite, elle n’agit pas dans le dos de ses amis. Niji n’est également pas fourbe ou sournoise. Pourtant, bien que souriante et pleine de vie, une fois qu’elle a subit son agression en rentrant du lycée, la gamine insouciante qu’elle était change.

En effet, Niji n’est plus l’adolescente insouciante, naïve et rêveuse. Elle devient plus terre à terre. Niji se rend compte que la vie est un combat perpétuelle où il faut se battre contre les injustices. Elle devient également plus sensible aux regards des autres, aux paroles des autres. Elle comprend davantage les mots cachées chez certaines personnes. Niji est aussi plus méfiante du regard et des autres de façon générale. Elle surveille ces arrières et les intentions d’autrui afin de ne pas être blessée encore une fois.
On le comprend et on s’en aperçoit assez facilement mais Niji cache à présent à ses amis, ce qu’elle ressent émotionnellement mais aussi ces peurs. Elle veut combattre seule alors que psychologiquement Niji nage en plein tourment.

Des protecteurs amoureux

Gaku et Hiyori sont les deux meilleurs amis de Niji. Ils font également partie du club de judo et leur point commun est d’être amoureux mais pas de la même personne.
Gaku est un garçon un peu insouciant, il agit sans même connaître les conséquence. Gaku est clairement le genre de garçon à agir sous l’impulsion de ses émotions. Et pourtant bien qu’intelligent, il est très maladroit et ne sait pas comment « dire » les bonnes choses. Il ne sait pas faire usage des mots. Mais une chose est sûre, on peut compter sur Gaku quoi qu’il arrive.

Hiyori, est plus réaliste que Gaku. Il est réfléchit et agit en fonction des conséquences qu’il peut y avoir. Hiyori est un garçon souriant qui veut aider Gaku dans un sens, à avouer ses sentiments à Niji. Il veille sur ses deux amis de loin, je trouve qu’il est un peu effacé. Il se met de côté et n’intervient auprès d’eux que pour les faire réagir où bien pour les réconforter.

J’apprécie ces deux protagonistes. Ils sont tous les deux touchants. On est sûre de pouvoir compter sur Gaku et Hiyori en cas de problème. Ces personnages, c’est exactement le genre d’amis qu’on aimerait tous avoir.

Les dessins

Je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas particulièrement fan des dessins de Kotomi Aoki. Je n’avais jamais lu aucun de ces mangas justement parce que je n’accrochais pas avec ces différents chara-design. Pourtant, même si ici je n’ai pas choisi le titre pour ses dessins, après avoir était habituée, je dois dire que je commence à les apprécier.

Don’t Fake Your Smile possède si l’on peut dire des dessins types et classiques du shojo : les grands yeux principalement et les expressions faciales.

Une des choses que j’ai beaucoup aimé avec ce manga, c’est le fait qu’il soit aéré dans ces planches.

Comme vous pouvez le voir, certaines cases ne possèdent pas de fonds dessinés mais simplement un fond blanc ou des petits effets.

Pour conclure, je pourrais titre que Don’t Fake Your Smile est un shojo manga agréable et très preneur dans son histoire. Pour ma part, il s’agit d’un coup de cœur. J’ai vraiment apprécié la thématique du manga qui est, il faut le dire, l’un dès plus taboue de notre société. Je trouve important que ce type de titre existe car il permet d’un côté de « comprendre » ce qu’une personne victime d’une agression peut vivre psychologiquement mais aussi de « comprendre » comment tout cela est vécu après.
Don’t Fake Your Smile est un shojo important car il permettra peut-être de faire comprendre et de faire ouvrir les yeux sur le fait que vivre ce genre de choses est à la fois à la portée de tous mais aussi que c’est un acte ignoble que personnes ne méritent de vivre.

Articles précédentsLes enfants de Gorre
Articles suivantsMagnum Opus T.1
Créatrice du Moonyko. Je suis une passionnée du Japon autant par sa culture traditionnelle que par sa Pop culture. J'ai pour but de vous faire découvrir mes lectures et visionnages au travers de ce blog. Mais il n'y a pas que le Japon qui me passionne, l'infographie et le codage sont aussi au cœur de mes centres d’intérêts. Rem, Katou Megumi sont mes waifu favorites mais j'en ai plein d'autres...

Répondre

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici