Don’t Call me Magical girl, I’m OOXX T.4

0
191
couverture du quatrième shonen tome du manga Don't Call me Magical girl, I'm OOXX

Nous voici avec le quatrième tome du shonen manga Don’t Call me Magical girl, I’m OOXX des éditions Chatto Chatto. On approche peu à peu de la fin puisque la série compte six tomes.
Je dois dire que les trois premiers tomes, je les ai adoré ! Je ne compte pas revenir dessus. Mais concernant ce tome-ci, j’ai de nombreuses choses à dire notamment le fait que j’ai été touché par ce tome…

L’histoire du shonen

Ce quatrième tome est davantage centrée autour du personnage de Tuna. Elle qui avait installé un courant de mystère, la voici désormais dévoilée à nous.

Je trouve ce volume très fort en émotion. Il se lit très rapidement et nous bouleverse. Si l’on devait résumer ce tome en deux mots seulement, cela serait : Déni et acception. Cela convient parfaitement.

Ce quatrième tome est truffé de révélations, de rebondissements et d’émotions. On n’a pas le temps de se remettre d’un événement qu’un nouveau nous tombe dessus et on finit achevé et en PLS à la fin du manga. Dans ce tome, chaque protagoniste sont mises en avant avec son problème personnelle. Sur ces quatre protagonistes, il n’y en a que deux qui réussissent à trouver une sorte d’ “happy end » les deux autres protagonistes ne font que subir le choix des deux autres.

Là où dans le manga ça dérape

Par contre, il y a un point que je tiens à soulever, la Magical Girl Lapasse, qu’elle était son rôle dans le manga ? Je ne comprends pas… En fait, je suis assez perdue concernant ce personnage. Est-ce qu’il s’agit d’une simple rencontre dont il ne faut pas porter intérêt ? Et autre point, quel est le rôle des ANONYMOUS ? On ne sait toujours rien d’eux… J’aimerai bien savoir qu’elle est leur objectif…

La psychologie des magical girl

illustration du premier chapitre du quatrième tome du shonen manga Don't Call me Magical girl, I'm OOXX

Ici, Tuna paraît plus que troublée et désespérée. L’attache qu’elle avait et qui faisait d’elle une humaine a disparu. Elle ne trouve plus de réelle raison de vivre en tant qu’humaine. Elle se pose beaucoup de questions.
En faite, il n’y a pas qu’elle qui est en proie à une réflexion sur elle-même. Gigi et Sakura aussi. Quant à Eole, dans ce tome, elle n’est que simple spectatrice et arrive bien trop tard pour les aider.

A vrai dire, les protagonistes ont beaux arborer de beaux sourires, on peut voir qu’il n’est que de passage, factice. Elles sont toutes en proie à des sentiments assez négatifs. Pourtant, elles savent qu’elle doivent accepter les changements qui se sont opérées sans leur volonté.

Des dessins qui prennent la parole

On peut remarquer que dans ce quatrième volume, le chapitre 23, ne possède pas de titre. Ce chapitre nous présente des flashbacks et même une simple scène de tristesse avec des planches assez évocatrices. La mangaka a choisi de faire parler ces planches plutôt que du texte. Nous nous retrouvons donc avec de nombreuses pages dénuées de textes et qui laisse les expressions exprimer les émotions des personnages et l’ambiance du manga. Mais ces images sans paroles, nous raconte aussi une histoire touchante.

Pour conclure, je dois vous avouer que ce tome est une vraie montagne russe émotionnelle. Ce shonen manga Don’t Call me Magical girl, I’m OOXX des éditions Chatto Chatto bien qu’excellent, ne convient pas à tout le monde. Je m’en rends compte dans ce tome, certains voudront une intrigue clair et précise. Mais ici, plusieurs histoires se chevauchent mais c’est ce qui donne du cachet au titre après tout.

Articles précédentsOur Summer Holiday
Articles suivantsInfinite Dendrogram T.3
Créatrice du Moonyko. Je suis une passionnée du Japon autant par sa culture traditionnelle que par sa Pop culture. J'ai pour but de vous faire découvrir mes lectures et visionnages au travers de ce blog. Mais il n'y a pas que le Japon qui me passionne, l'infographie et le codage sont aussi au cœur de mes centres d’intérêts. Rem, Katou Megumi sont mes waifu favorites mais j'en ai plein d'autres...

Répondre

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici