Don’t Call Me magical girl, I’m OOXX T.2

0
153
Couverture du manga

Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX tome 1 m’avait laissé dubitative même si je l’avais bien apprécié. Oui, c’est assez contradictoire dit comme ça.
En ce qui concerne ce deuxième tome, je l’ai trouvé intéressant. Bien entendu, j’ai commis l’erreur de dévorer le livre comme je le fais à mon habitude et grosse erreur. Il a été indigeste à la première lecture… Ne lisez pas vos mangas en 30 minutes comme je le fais, prenez votre temps ainsi vous savourez mieux.
Lors de ma deuxième lecture, j’ai pris mon temps, cette fois-ci, et j’ai davantage apprécié et compris ce qu’il se passait.

L’histoire

L’histoire de ce tome est bien plus posée que le précédent tome. La mangaka prend le temps cette fois, de bien poser et expliquer l’intrigue même s’il reste beaucoup d’informations… Mais ce quota d’informations sont nécessaires.
Les enchaînements sont chronologiques et parfois surprenants. Les rebondissements sont nombreux. Comme avec le premier tome de Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX, le récit est dynamique et énergique.
En ce qui concerne le langage de la narration, elle est assez fluide si je puis dire. Voir même hilarante à certains moments. Notamment avec les N.O.M.I.S., ils sont ce que l’on pourrait parler des « méchants » de l’histoire…? C’est assez ambiguë, je ne les vois pas vraiment comme des méchants mais plutôt comme des clowns. Par ailleurs, les dessins accompagnent ce langage hilarant, ce qui rend le tout encore plus drôle.

En parlant des « méchants » ou « clowns », l’intrigue prend un nouveau tournant. Elle se place enfin et elle nous retourne le cerveau avec ces types étranges nommés N.O.M.I.S. Ils tirent toutes les ficelles et c’est vraiment bien réaliser. On ne sait pas qui ils sont, ce qu’ils sont surtout et ce qu’ils veulent réellement. Mais une chose est sûr, le récit avec eux nous pliera de rire.

Petite anecdote : dans le manga vous verrez le mot « meuporg« . Alors non, ce n’est pas une faute, ce choix est fait en toute conscience, et il est même fait exprès. En réalité, ce terme est utilisé par les journalistes pour désigner les MMORPG car ils ne savent pas comment cela se prononce. Dans le manga, la « prononciation » journalistique est faite pour être ironique.

Dans les grandes lignes

Dans ce second tome, on en apprend un peu plus sur le passé de Tuna et Eole (Air). On comprend que l’une à un passé douloureux qu’elle avait oublié. Mais il a ressurgit soudainement suite à une visite dans son quartier « natal » qui était inattendu. Cependant, si au début, on ne la voit pas beaucoup, un chapitre lui est consacré et il est croisé à une conversation entre Sakura et Tuna.
Tandis que l’autre, Tuna, ne se souvient de rien, on ne sait pas qui elle est. Est-elle humaine ? Ou un esprit comme Sakura qui aurait pris forme humaine ? Ou une réincarnation peut-être ?

Une des petites intrigues secondaire, est que Tuna essaie de faire en sorte que Magi (La nonne) et Sakura tissent un lien d’amitié. Pour je ne sais quelle raison, l’amitié semble quelque chose d’important pour elle. Par ailleurs, dans ce but là, elle continue de se faire passer pour Sakura, sous sa demande, même si elle en profite aussi.
On peut aussi remarquer que la Nonne cherche à cacher son passé. Le fait qu’elle essaie de le cacher avec ses sentiments, font qu’elle créait un mur entre elle et Sakura mais aussi Eole. De plus, on peut apercevoir que Sakura essaie de tisser des liens et de se rapprocher des autres mais c’est compliquée pour elle. C’est sa première expérience, elle ne sait pas comment communiquer avec les autres mais elle fait des efforts.

La psychologie des héroïnes

Comme on a pu le voir plus haut, Sakura tente de faire des efforts pour se lier aux autres. Elle souhaite avoir une vie normal et pour cela, elle doit commencer par se faire des amies. On peut même entrevoir un premier changement chez elle par rapport au premier tome. Elle est devenue plus humaine, plus attachée.
Sakura qui était prête à tout pour devenir une humaine le plus rapidement possible, n’a pas réussi à effectuer ce qu’elle fait pourtant tous les jours. C’est son rapport avec sa nouvelle famille et son amie qui ont fait qu’elle se soit attachée et devenue plus humaine. Sakura ressent des sentiments familiaux et amicaux. Ce qu’elle ne connaissait pas auparavant, elle qui vivait dans la solitude. C’est donc une grosse évolution et j’ai hâte de découvrir comment Sakura deviendra à la fin de la série.
Je me suis beaucoup attachée à Sakura, elle est adorable et tellement drôle.

Eole (Air) nous apparaît plus « faible » psychologiquement. Son tourment lié à son passé ressurgit. Il concerne un ancien lien d’amitié qui lui tenait tant à cœur. On comprend donc plus facilement pourquoi elle aime tant cette ville et pourquoi elle veut la protéger.

En ce qui concerne La Nonne, elle est toujours aussi folle que dans le premier tome et comme je vous l’ai dis, elle nous cache quelque chose concernant son passé… Elle est mystérieuse et j’ai envie d’en savoir plus !

Les dessins

Comme pour le premier tome, les dessins sont d’une beauté implacable. Je trouve d’ailleurs qu’ils sont très fluides et offrent un dynamique de mise en scène époustouflante. J’ai même l’impression lorsque je me remémore certains passages de les voir en version animé (toujours comme dans le premier). J’attends donc une annonce de série en animé, qui sait ?
Vous pourrez remarquer que la mangaka prend bien le temps de détailler chaque planches de dessins. Elle prend parfois deux pages pour bien dessiner et donner plus d’impact.
Pour ma part, Don’t Call Me Magical Girl est une œuvre d’art.

Pour conclure, je peux dire que j’ai davantage été emballé par ce tome. Il a su me séduire et me donner envie de découvrir la suite. J’ai envie d’en savoir plus que cela soit sur les personnages mais aussi sur l’histoire. Comment cela va se dérouler, comment vont-elles faire face aux problèmes ? Vont-elles réaliser leurs vœux et s’épanouir ? Beaucoup interrogations que ce deuxième tome ne peut encore répondre…
Le tome trois est donc attendu avec impatience.
Je vous conseille ce titre. Mais surtout, ne vous arrêtez pas au premier tome et surtout, prenez votre temps. J’insiste dessus. Découvrez, lisez, regardez, c’est important. Ce manga est le genre à regorger d’informations et il faut prendre le temps de le lire pour comprendre.

Articles précédentsCarciphona T.5
Articles suivantsJe peux entendre l’océan
Créatrice du Moonyko. Je suis une passionnée du Japon autant par sa culture traditionnelle que par sa Pop culture. J'ai pour but de vous faire découvrir mes lectures et visionnages au travers de ce blog. Mais il n'y a pas que le Japon qui me passionne, l'infographie et le codage sont aussi au cœur de mes centres d’intérêts. Rem, Katou Megumi sont mes waifu favorites mais j'en ai plein d'autres...

Répondre

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici