Bakemonogatari T.1

0
86
Couverture du light novel bakemonogatari de chez pika édition

Vous connaissez tous Bakemonogatari de près ou de loin. La licence existe sous différentes formes : animés, light novel et manga principalement. La série possède aussi de nombreux produits de type goodies.
Pour ma part, j’ai commencé par l’animé et le manga. Seulement, j’ai davantage préféré lire le light novel Bakemonogatari de chez Pika.

En effet, le premier tome du light novel Bakemonogatari de chez Pika édition a été pour moi comme une révélation ! Un coup de cœur monumental. Je suis littéralement tombée amoureuse de la série Light Novel Bakemonogatari des éditions Pika et je comprends mieux pourquoi il y autour de ce dernier autant d’engouement.

Une histoire de chimère ou de malchance ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, vous me demanderez, mais qu’est-ce que Bakemonogatari a de si spécial ? Eh bien en réalité, rien si ce n’est son contenu.
Le premier tome nous entraîne dans la vie de Koyomi Araragi, un lycéen ayant pendant deux semaines subit une transformation vampirique. C’est à partir de ce moment précis, qu’il se retrouvera constamment mêlé aux chimères sans même le vouloir.

Le récit commence par Hitagi Senjougahara, lycéenne célèbre pour sa beauté, son intelligence mais aussi parce qu’elle couve une mystérieuse maladie. Jeune fille endurcit contre son congrès. Hitagi Senjougahara se protège comme elle le peut des petits curieux souhaitant lui venir en aide comme Araragi.
Ensuite, nous vient l’intrigue avec Mayoi Hachikuji, une fillette perdue qui cherche à retrouver son chemin pour rentrer chez elle. Le point commun entre ces deux demoiselles Hitagi Senjougahara et Mayoi Hachikuji sont qu’elles sont toutes deux en contact avec une chimère sans même réellement le savoir. Même si Senjougahara sait que sa mésaventure fait partie de l’étrange…

Ce que j’ai pensé de Bakemonogatari…

J’ai particulièrement apprécié le Bakemonogatari comme j’ai pu vous le dire. Le light novel se lit d’une facilité déconcertante et d’une rapidité inouïe. Tout nous est bien expliqué et en plus de cela, c’est drôle. L’auteur du light novel n’oublie pas de nous rappeler chaque fois quelle chimère est liée à quels personnages. On pourrait réduire l’intrigue de Bakemonogatari au protagoniste principal qui aide ceux ayant rencontrés des chimères. Pourtant, même si c’est cela en apparence, dans le fond de l’iceberg, Araragi prête une oreille attentive à ses nouvelles rencontre. Araragi se lie d’amitié avec eux et les aide.

Ce qui est également appréciable dans ce Light novel, c’est le fait qu’on réalise une sorte d’enquête en compagnie de notre héro Araragi à son échelle de lycéen. On essaie de comprendre les motivations des autres ainsi que leur soucis afin de les aider.

Les personnages du Light Novel

Les protagonistes dans ce tome sont tous attachants. On a envie d’apprendre à les connaître et de les suivre plus en détail. Les personnages se comptent aux nombres de cinq et ils ont tous un rôle bien distinct.

Les garçons

Nous pouvons commencer par Mémé Oshino. Cet individu louche au premier abord, n’est autre que le savant et le fervent sauveur de toutes les personnes atteintes par des chimères. Bien que sarcastique, Mémé Oshino aide les personnes dans le besoin pour différences raisons : l’argent pour certains des « clients », lui rendre des services qu’il ne pourrait effectuer ou bien par simple charité et curiosité. Mémé Oshino est un personnage intéressant, on ne sait jamais se qu’il pense ni même quand peut-il disparaître.
En effet, Mémé Oshino n’a pas véritablement de logement… Il squatte plutôt un lieu désaffecté. Son côté homme libre et qui n’a pas d’attache le rend très mystérieux. Nous savons et connaissons qui est le Oshino du présent. Mais nous ne savons qui il était dans le passé et pourquoi il est ainsi. Et je dois vous avouer que j’aimerai beaucoup le savoir afin de mieux le comprendre.

Koyomi Araragi, héro de l’histoire, est un garçon aussi gentil que pathétique… Koyomi Araragi aide son prochain sans rien rechercher en retour. Et bien que gentil comme j’ai pu l’énoncer, il fait l’objet des sarcasmes de sa camarade de classe Senjougahara. Koyomi Araragi semble être un cancre aux yeux de sa délégué Tsubasa Hanekawa. Pourtant, selon moi, c’est le personnage le plus « humain » Koyomi Araragi.

Les femmes

Hitagi Senjougahara, jeune fille populaire, belle et intelligente, est également « armée ». Quand je parle d’armée, c’est le sens où elle utilise une agrafeuse, un stylo, un ciseau et un crayon comme des armes pour se protéger. On pourrait dire que Hitagi Senjougahara est quelque peu dangereuse avec toutes son attirail.
Senjougahara tient pour rôle celui de la victime d’une chimère mais aussi de personnage qui domine le caractère de Araragi.

Hachikuji Mayoi, écolière est une jeune fille assez marrante je trouve. Son sarcasme n’a d’égale que son humour. On ne peut pas réellement la qualifier de femme puisqu’elle est encore une enfant. Tout comme elle ne peut pas être qualifier d’adolescence. Hachikuji Mayoi est un cas particulier et à part de la série. Hachikuji Mayoi est, on peut dire, une chimère a elle seule au vu des circonstances.

Pour conclure, Bakemonogatari est mon coup de cœur de l’année. Je ne peux que vous le recommander tellement il est excellent. Bien que je m’étais essayé au manga et que ce dernier ne m’avait pas convaincu, peut-être devrais-je mis remettre ? Il faut dire que les dessins de Oh Great ! sont spectaculaires. Le seul bémol serait que nous n’avons d’illustrations dans le light novel…
Lisez Bakemonogatari en light novel ou en manga.

Articles précédentsUne nouvelle maison d’édition : Noeve Grafx
Articles suivantsLes enfants de Gorre
Créatrice du Moonyko. Je suis une passionnée du Japon autant par sa culture traditionnelle que par sa Pop culture. J'ai pour but de vous faire découvrir mes lectures et visionnages au travers de ce blog. Mais il n'y a pas que le Japon qui me passionne, l'infographie et le codage sont aussi au cœur de mes centres d’intérêts. Rem, Katou Megumi sont mes waifu favorites mais j'en ai plein d'autres...

Répondre

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici