Asadora! Tome 1

0
116

Urasawa est de retour en France avec un nouveau titre : Asadora!. Après Monster, Pluto et Happy! chez Panini dont une réédition est apparu, que des titres très connus. Et peut-être que j’en oublie ? Mais Urasawa nous livre un nouveau titre unique en son genre et qui nous transporte en 1959. Moi qui suis très friande des années 1900, je suis servie.
Connaître le Japon dans ces années là, l’architecture, les mentalités, la politique, et bien d’autres choses, je suis comblée. Je ne vais pas vous mentir, j’ai longuement languie devant ce titre.

L’histoire

L’histoire est un bien développée, c’est cohérent et bien menée. J’ai beaucoup aimé ce Seinen. Le ton était léger, tout s’enchaîne bien et avec fluidité. J’ai été captivé et littéralement plongé dedans. On commence le manga avec notre civilisation de l’année 2020, en train de sombrer dans le chaos. Puis, on nous entraîne un bon en arrière de 80 ans dans le passé. A vrai dire, je ne saurai vous dire si ce titre est surnaturel ou réaliste à cause de la fameuse page couleur…
On ne sait pas où l’auteur veut nous mener pour le moment. Tous ce que l’on sait, c’est que Urasawa pose les bases de son récit en le développant avec un Japon de l’ancienne époque. Cette vision qu’il nous transmet est tout simplement sublime. D’autant plus avec la catastrophe naturelle.

Parlons de cette histoire, nous avons une petite héroïne plus que courageuse, prête à braver le danger. Je ne sais pas s’il s’agit de son jeune âge ou de son insouciance, justement dû à cela qui fait qu’elle est plus courageuse que les autres. Mais elle a ce petit truc qui fait que l’on a envie de la suivre quoi qu’il arrive.

Les personnages

Il n’y a pas énormément de personnages. Nous avons surtout des apparitions éclaires de certains. En protagonistes principaux, nous avons deux, contre deux personnages secondaires. Par ailleurs, on ne sait pas grand choses des protagonistes secondaires comme des principaux. On apprend bien évidemment leur situation présente et passé.

Asa porte ce volume a merveille grâce à sa personnalité énergique, positive et combative. Elle forte malgré son jeune âge et l’on ne peut qu’être admiratif devant elle. Son compagnon Haruo Kasuga, qui l’accompagne, est fort d’une certaine façon, il a vécu la guerre et il ne rêve que d’une chose : piloter de nouveau un avion.
Remarquez que le nom de Haruo n’est mentionner qu’une fois et c’est dans un flashback. Il faut y faire attention étant donné qu’il survient grâce à une note. Son nom n’est jamais mentionné tout au long du manga après ça.

Notez aussi que dans ce manga, pour le moment, nous n’avons que deux femmes, tout les autres personnages sont des hommes. Je ne trouve pas cela dérangeant en soit. Mais je me demande tout de même s’il y en aura d’autres. De plus, on peut remarquer brièvement et il faut y prêter attention, mais la femme n’est clairement pas sur le même pied d’égalité que l’homme. On peut le voir avec les propos de Shota, le petit camarade de Asa. « L’homme doit marcher devant la femme » si on peut dire. Je me demande comment Asa qui est elle même une fille fera pour évoluer et grandir dans une société où la femme à une place minoritaire.

Les dessins

Je suis complétement fan. Le mangaka a un style bien à lui que j’apprécie fortement.
En effet, son style de dessin est proche des « anciens » mangas sortis dans les années 90′.
Ce que j’apprécie le plus avec Asadora!, n’est autre le fait que l’on a l’impression qu’Urasawa utilise encore la plume et l’encre. Ce petit charme là est unique. Et c’est ce qui m’a donné envie de le lire. Combien de manga dégage l’impression d’être fait main, à l’ancienne ? Peu. Beaucoup de mangakas se dirigent vers la tablette graphique, ce qui est respectable, bien entendu.

Pour conclure, je pense que vous l’aurez compris mais Asadora! est vraiment parfait. Je l’aime beaucoup, il se lit vite et il est agréable. Je lui attribue tous les points positifs et je ne peux que vous le conseiller. Lisez-le, il vaut vraiment le coup et vous l’aimerez à coup sûr. Laissez-vous transporter par la beauté des architectures, des paysages réalisées par l’auteur mais aussi le scénario.

Articles précédentsLa petite faiseuse de livres T.1
Articles suivantsFaraway Paladin T.1
Créatrice du Moonyko. Je suis une passionnée du Japon autant par sa culture traditionnelle que par sa Pop culture. J'ai pour but de vous faire découvrir mes lectures et visionnages au travers de ce blog. Mais il n'y a pas que le Japon qui me passionne, l'infographie et le codage sont aussi au cœur de mes centres d’intérêts. Rem, Katou Megumi sont mes waifu favorites mais j'en ai plein d'autres...

Répondre

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom ici